Être papa, simple pourvoyeur ou rôle essentiel ?

Être papa, simple pourvoyeur ou rôle essentiel ?

Au début du 20e siècle, le rôle des parents était clairement défini. La mère demeurait à la maison, voyait au bien-être de ses enfants et le père avait le rôle de « pourvoyeur ». Il devait ramener l’argent nécessaire pour bien nourrir et loger sa famille. Lorsqu’il était à la maison, la mère demandait au père de représenter l’autorité auprès des enfants lorsqu’elle se sentait dépassée. Bien que la situation ait pu être différente dans certaines familles, il semble que c’était le modèle familial « typique » à cette époque

Le père des années 2000

À quoi peut ressembler le père d’aujourd’hui? Ce n’est que tout récemment que les études concernant l’influence psychosociale du père sur l’enfant ont fait leur entrée dans le monde de la psychologie. Freud, au début du 20e siècle, a élaboré certaines théories, entre autres, le complexe d’Oedipe. Cette théorie, qui est très pertinente, sert avant tout dans le domaine de la psychanalyse et n’aide pas à comprendre les répercussions directes du rôle du père sur ses enfants. Cependant, depuis 1985, quelques études ont été faites sur la relation père/enfant. Voici quelques statistiques.

Père présent, quotien plus élevé

Chez les enfants dont le père est fortement engagé, on remarque un quotient intellectuel plus élevé, un meilleur sens de l’humour, une plus grande capacité d’attention et davantage le goût d’apprendre. Mais ce n’est pas tout. Les enfants qui se sentent proches de leur père sont :

  • Deux fois plus susceptible d’aller au collège ou de trouver un emploi stable après leurs études secondaires
  • 75 % moins susceptibles de devenir des parents adolescents
  • 80 % moins susceptibles de faire de la prison
  • Moitié moins susceptible de faire une dépression grave.

Source : Volume 1, Numéro 6, octobre 2006 Le magazine des jeunes familles Bien Grandir Article : Un papa c’est unique

Ce « tirailler » aujourd’hui rend moins agressif dans le futur

Pour des raisons hormonales et physiologiques, les rôles de la mère et du père sont différents. La mère occupe davantage un rôle de réconfort, de calme en utilisant des jeux intellectuels pour entrer en relation avec l’enfant. Le père, lui, stimule, déstabilise. Dans le même article que mentionné plus haut, on parle que la fonction du père, c’est l’ouverture au monde, la prise de risque. Le médium que le père utilise pour entrer en relation avec l’enfant est davantage tourné vers le jeu physique.

Ainsi, nous verrons régulièrement un père se « tirailler » avec ses enfants. Ainsi, il leur apprend une certaine maîtrise d’eux-mêmes. Les enfants doivent mesurer leur force dans ce genre de jeux, ils doivent aussi respecter les limites et tempérer leur excitation.

De plus, il est important de spécifier qu’aucun rôle entre la mère et le père n’est meilleur, ils sont simplement complémentaires et nécessaires pour l’enfant.

Lorsqu’un enfant joue à un jeu pour la première fois, la mère va passer un maximum de temps avec l’enfant afin de s’assurer, entre autres, qu’il comprenne bien. Le père quant à lui, aimera le regarder et le laisser se débrouiller.

Deux rôles différents, mais tout aussi importants. De plus, c’est le père qui amènera l’enfant à développer un esprit compétitif qui le poussera à dépasser ses limites. En plus d’être des moments riches en affection pour l’enfant, il est prouvé que ces styles de jeux pratiqués avec le père font en sorte que les enfants sont moins agressifs.

C’est fini le papa pourvoyeur !

À la veille de la fête des Pères, l’ALPABEM souhaite souligner l’importance du rôle que ceux-ci jouent auprès de leurs enfants. Trop souvent encore, il nous arrive de minimiser l’impact qu’ils ont sur leurs enfants. L’époque où le père était uniquement un pourvoyeur est maintenant révolue. On estime maintenant que le père québécois consacre en moyenne 20 heures par semaines à ses enfants, ce qui est autant que la mère. Nous pouvons donc affirmer sans contredit que le « papa des années 2000 » en est un sensible, attentionné, présent et qu’il joue un rôle essentiel dans le développement de son enfant.

Bonne fête des Pères!

2 thoughts on “Être papa, simple pourvoyeur ou rôle essentiel ?

  1. pierre - 22 octobre 2015 dans 22 h 58 min

    Très bien. Bonne compréhension de la vie. Félicitations.

    Répondre

Laisser un Commentaire

1 Partages
Partagez1
+1
Tweetez
Partagez
Épinglez
Stumble