La dépression post-partum

La dépression post-partum

Au printemps, plusieurs personnes de votre entourage deviendront peut-être parents. Comme beaucoup de naissances surviennent au retour du beau temps, il nous est apparu pertinent de rappeler à l’entourage des futurs parents et aux futurs parents eux-mêmes que cet évènement heureux et rempli d’émotions nécessite parfois qu’une attention particulière soit portée à la nouvelle mère car il peut s’accompagner d’un épisode bien particulier de dépression : la dépression post-partum, malheureusement peu connue.

 

Évidemment, pour la très grande majorité des femmes, cet évènement heureux et riche en bouleversements physiques et émotionnels qu’est la naissance d’un enfant ne sera pas teinté par la dépression, et le temps permettra à la nouvelle petite famille ainsi qu’à la nouvelle maman de s’ajuster et de se redéfinir. Mais mieux connaitre la dépression post-partum et moins la craindre ne peut qu’augmenter le bien-être des nouvelles mères et de leur enfant. Cet article se veut également porteur de pistes pour prendre soin de sa santé mentale après l’accouchement.

 

Les premiers symptômes de la dépression post-partum?

La dépression post-partum peut se présenter à n’importe quel moment dans la première année de vie de l’enfant mais généralement dans les six premiers mois suivants l’accouchement.

La dépression post-partum toucherait de 10 à 20 % des femmes qui accouchent.

Mal connue, souvent un tabou, survenant au même moment que bien d’autres bouleversements engendrés par le fait de devenir parents, la dépression port-partum est parfois mal diagnostiquée. Voici donc quelques symptômes de la dépression post-portum

 

Symptôme psychologiques de la dépression post-partum

  • découragement
  • une tendance à pleurer constamment
  • un sentiment de ne pas être à la hauteur
  • de la culpabilité
  • de l’anxiété
  • de l’irritabilité
  • d’épisodes de panique

 

Symptômes physiques de la dépression post-partum

  • maux de tête
  • douleur thoracique
  • hyperventilation

 

Culpabilité et dépression post-partum

Déjà déstabilisée par l’arrivée de ce petit être qu’elle attendait depuis 9 mois, la nouvelle maman peut se sentir très mal de vivre ces émotions et s’en vouloir. Souvent, la nouvelle maman sent qu’elle n’a pas le droit d’être déprimée alors que cet évènement devrait être heureux. Elle peut ressentir des sentiments ambivalents face à son nouveau-né, évaluer la situation de façon négative ou même se désintéresser de son enfant. Elle peut vivre de la honte et de la peur et croire qu’elle est une mauvaise mère et qu’elle n’y arrivera pas. Elle peut remettre en doute ses choix et ses compétences.

 

Les causes de la dépression post-partum

La dépression post-partum a, comme la plupart des troubles liés à la santé mentale, des causes multiples et personne n’est à l’abri. Par ailleurs, on sait maintenant que ce sont les changements hormonaux liés à la grossesse et à l’accouchement qui jouent un rôle certain dans le déclenchement de la dépression post-partum.

 

Si à cela s’ajoutent des stresseurs, les risques de développer une dépression post-partum peuvent augmenter (grossesse ou accouchement qui ne s’est pas déroulé comme prévu, attentes élevées quant au rôle maternel, quantité et qualité de soutien social, qualité de la relation conjugale, faible revenu …).

 

Les femmes qui ont déjà faite une dépression sont plus à risque

Par ailleurs, il est important de savoir qu’une femme ayant déjà vécu une dépression auparavant ou une dépression post-partum est plus à risque de développer un autre épisode dépressif. Cela peut donc être pertinent pour la future maman pour qui la dépression a déjà été présente d’en discuter à l’avance avec les gens qui l’accompagnent : médecin, sage-femme, conjoint… Évidemment, aucun nouveau parent n’a envie de passer par un tel épisode et cela est parfaitement normal, tout comme rien ne peut nous assurer que nous sommes à l’abri ou certains de développer une dépression post-partum, mais autant se préparer et être informés puisqu’une aide rapide et adéquate peut vraiment aider la nouvelle maman et son bébé.

 

Ma conjointe fait une dépression post-partum : Quoi faire ?

Il ne faut pas non plus s’alarmer à la moindre difficulté. Il faut laisser le temps aux nouveaux parents et à la nouvelle maman de s’ajuster et permettre à cette dernière de parler de ce qu’elle ressent vraiment face à cette nouvelle étape de la vie. Il est normal et fréquent de voir de nouveaux parents épuisés et incertains mais la dépression post-partum dépasse en temps et en intensité ce qu’on appelle souvent le « baby blues ». Le « baby blues » toucherait effectivement un grand nombre de femmes, soit environ 50 % à 80 %. Il se caractérise par de la fatigue, de l’irritabilité, un sentiment de vulnérabilité, de l’anxiété et des sentiments changeants entre la tristesse et la joie. Mais le « baby blues » s’estompe et l’humeur de la nouvelle mère revient à la normale après une dizaine de jours, ce qui n’est pas le cas quand on parle de dépression post-partum. Il est donc important de tout simplement rester à l’écoute et de savoir se poser les bonnes questions.

 

Coupable ou non-couplable

Toute nouvelle maman veut être à la hauteur et fait de son mieux. La dépression post-partum ne fait pas de la nouvelle mère une personne inapte, inadéquate ou inutile. Mais la nouvelle mère le sent parfois ainsi et n’ose pas consulter ou parler de ce qu’elle vit. C’est alors que l’entourage devient précieux et doit savoir l’accompagner vers des ressources et un traitement appropriés. Et par-dessus tout, il faut rappeler à la nouvelle mère qu’elle n’est pas responsable de son état et qu’elle n’est pas une moins bonne maman pour autant.

 

Et l’entourage là-dedans ?

Les personnes entourant la nouvelle maman qui vit un épisode de dépression post-partum peuvent l’aider en lui rappelant qu’elle n’est ni coupable, ni responsable de son état et qu’avec un coup de main, elle ira mieux. On peut aussi tenter de prévenir les difficultés en adoptant de bonnes habitudes de vie et en prenant soin de soi tout en restant à l’écoute des symptômes déjà mentionnés. Les conjoints et les personnes proches peuvent aider la nouvelle mère, atteinte de dépression post-partum ou non, en la soutenant et en l’encourageant à se concentrer sur le court-terme et éviter de voir trop loin. Ils peuvent l’aider à se fixer des objectifs simples et immédiats et à y aller un jour, un moment à la fois. Il faut aussi laisser la place à la nouvelle maman pour exprimer ce que le fait de devenir mère lui fait vivre, l’accompagner dans ses réflexions et lui permettre de partager ses sentiments qui peuvent parfois être mélangés.

 

Quoi faire pour passer à travers une dépression post-partum?

Il peut être bon pour la nouvelle mère de s’accorder un moment agréable à chaque jour comme prendre une marche, prendre un bain, parler à une amie ou une personne aidante (marraine d’allaitement, intervenant, ami…). La nouvelle maman doit aussi sortir et briser l’isolement. Inutile de chercher des activités couteuses, une sortie à la bibliothèque, un piquenique au parc, un tour au terrain de jeux vers 10 heures (au moment de la journée où les garderies familiales et les petites familles fréquentent les parcs), des activités de groupe offertes par la Ville, une promenade au centre commercial pour faire admirer son bébé par les passants…tout peut être prétexte à sortir de chez soi, même si cela demande au départ un effort pour se mettre en action.

 

Utilisez les ressources communautaires

Il ne faut pas hésiter non plus à contacter le réseau communautaire car beaucoup de ressources s’offrent aux nouvelles mamans : répit, groupes de soutien, groupes d’allaitement, marrainage, activités mère-enfants…

 

Utilisez votre réseau personnel

Bien que la nouvelle réalité de maman soit très prenante, il faut s’octroyer du temps avec son conjoint et ses amis intimes. On peut même leur demander de nous aider en nous préparant des petits plats, les amis et la famille ne sachant pas toujours quoi nous offrir lors de la naissance.

 

Donnez du temps au temps

Il faut s’octroyer du temps pour s’adapter et pour que le quotidien revienne à la normale, on peut penser à intégrer des activités de relaxation à sa routine quotidienne et tenter de trouver des moyens pour chasser les idées pessimistes et négatives pour les remplacer par des pensées plus réalistes et positives.

 

On se prépare à devenir maman pendant plusieurs mois, on prépare une petite valise à l’enfant à naiître et à la maman, alors et il ne faut pas oublier de se faire un bagage aussi pour notre santé mentale!

 

Pour en savoir plus

  1. La dépression post-partum, Association canadienne de la santé mentale, dépliant disponible à l’ALPABEM.
  2. Le site web www.cardiopleinair.com (activités de remise en forme maman-bébés avec les poussettes à l’année longue)
  3. Les sites web de la ville où vous habitez
  4. Votre médecin de famille

Laisser un Commentaire

0 Partages
Partagez
+1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Stumble