Le syndrome de Diogène

Le syndrome de Diogène

J’ai eu de la difficulté à me documenter pour écrire un article sur le syndrome de Diogène. En fait, il y a très peu d’écrits à ce jour sur ce sujet. Pour vous donner un exemple, même dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), ce qu’on pourrait appeler la « bible des psys », on ne trouve absolument rien. C’est une maladie que bien peu de gens connaissent. Toutefois, je vais quand même tenter de vous faire, le plus fidèlement possible, un portrait de ce syndrome.

Savez-vous ce que c’est le syndrome de Diogène ?

Vous savez qu’il est tout à fait naturel de s’attacher à certains objets, comme à des souvenirs qu’on veut conserver toute notre vie. Des objets si précieux qu’on ne s’en débarrasserait pour rien au monde. Comme « cette canne à pêche que mon père m’a laissée alors que je n’avais que 8 ans. Cela me rappelle une merveilleuse époque de ma vie. » Ou « le bâton de hockey signé par Maurice Richard. »

J’en conviens, il y a des choses auxquelles on s’attache et qu’on veut conserver. Il y a aussi des gens qui ramassent toutes sortes d’objets hétéroclites dans le but de créer une œuvre d’art ou pour bricoler éventuellement dans leur maison. Par contre, la tendance poussée à l’extrême à vouloir tout garder ainsi que la difficulté à se débarrasser de tout objet, si utile soit-il, peut être la manifestation d’une problématique qu’on connait sous le nom du syndrome de Diogène ou d’accumulation morbide. Mathieu St-Onge, Vloggeur Québecois, par tant qu’à lui de « gardage ».

Difficulté à se défaire de ses objets

Il semblerait que c’est une problématique caractérisée par l’envie démesurée de ramasser et d’accumuler de façon pathologique des objets variés. Les sujets présentant cette problématique éprouvent une énorme difficulté à s’en défaire de leurs possessions, mêmes si ces dernières ne sont pas investies d’une valeur sentimentale. Ces individus ramassent des objets de façon compulsive. Ils ramassent tout, tout, tout, même des poubelles! Il y a des gens qui vont jusqu’à voler les sacs de poubelles chez ses voisins, avant que le camion de vidange ne passe, donc il ne s’agit pas d’un éboueur compulsif ou quelque chose du genre.

Ces personnes empilent tous leurs « précieux trésors » dans leur demeure, mais ils ramassent tellement qu’on a l’impression qu’ils vivent plutôt dans des taudis. De nombreux sujets accumulent à un point tel qu’ils risquent souvent de mettre leur vie et celles des autres en danger. Dans certains cas, les sujets peuvent accumuler des grandes quantités d’argent, à la maison où à la banque, sans avoir conscience de ce qu’ils possèdent. Ils ont de la difficulté à s’arrêter. C’est plus fort qu’eux! Ils n’ont plus le contrôle.

De tels individus vont négliger leur hygiène personnelle et abandonner complètement tous soins du corps, dégageant ainsi une odeur corporelle forte, voire répulsive. Ils ont tendance à s’isoler dans leur foyer. Habituellement, leurs contacts sociaux et familiaux sont inexistants ou très limités. Il peut arriver qu’ils conservent certains contacts, surtout avec ceux et celles qui les comprennent, tolèrent ou facilitent leur mode de vie ou qui les nourrissent.

Cette problématique touche plus souvent les personnes âgées et autant les hommes que les femmes, sans égard au statut socio-économique.

Existe-t-il des traitements?

En premier lieu, on s’occupe des complications découlant de leur mauvaise nutrition et de leur manque d’hygiène. Ensuite, on peut mettre en place des dispositifs pour que la situation ne se répète pas. Il arrive que les autorités soient obligées de vider et de nettoyer la maison, ou, dans des cas extrêmes, qu’ils soient obligés de détruire la demeure. Mais comme « ils ne sont pas malades » et qu’ils refusent toute aide, ils risquent de recommencer leur petit manège ailleurs.

Que peut-on faire alors?

La vigilance est de mise si vous connaissez des gens âgés qui demeurent seuls, spécifiquement et surtout si vous avez constaté qu’ils ont tendance à s’isoler, se négliger, accumuler… Demandez de l’aide à des professionnels car ces personnes refusent tout type d’aide, prétendant qu’elles n’en ont pas besoin.

Qu’est ce Le « gardage » ?

Mathieu St-Onge qui est un vloggeur très connu a préparé un dossier fort intéressant sur l’accumulation compulsive: Le gardage. Il aborde ce thème avec humour et vient porter son éclairage sur sa propension à garder différents objets inusités. http://www.matstonge.com/gardage.html

Pour plus d’informations consultez ce site:

http://www.inspq.qc.ca/pdf/bulletins/bise/BISE-16-2.pdf

One thought on “Le syndrome de Diogène

  1. Natalia Koszegi - 7 octobre 2015 dans 23 h 14 min

    Bonjour, Je viens tout juste de lire votre texte sur le Syndrome de diogène et je voudrais pouvoir ajouter une précision sur ce texte. Je suis psychologue et je travaille au Centre d’études sur le TOC et les Tics et nous effectuons de la recherche sur le Trouble d’accumulation compulsive (TAC). Nous offrons aussi une thérapie pour cette clientèle. La précision que je désire apporter est en fait, une distinction entre le Syndrome de diogène et le Trouble d’accumulation compulsive. Pour l’instant, il y a peu de littérature sur le Syndrome de diogène mais cette affection serait liée à une forme de démence chez la personne âgée. Les problèmes d’hygiène grave sont surtout observés chez ces gens qui démontrent d’ailleurs une négligence généralisée de leur condition de vie et de leur propre personne. Nous ne retrouvons pas ce genre d’insalubrité chez les accumulateurs compulsifs (TAC). Je trouve important de distinguer ces 2 affections parce que leur étiologie semble très différente et les traitements aussi. Les personnes souffrant d’accumulation compulsive présentent un tableau différent en ce qu’elles ont toutes leurs capacités cognitives et peuvent s’investir dans une thérapie, ce qui n’est pas le cas chez les personnes aux prises avec une démence (Syndrome de diogène). Un examen neurologique serait alors à recommander selon moi et un traitement médical serait à considérer.

    Répondre

Laisser un Commentaire

0 Partages
Partagez
+1
Tweetez
Partagez
Épinglez
Stumble