Le trouble bipolaire peut-il être diagnostiqué chez un enfant
01 Avr

Le trouble bipolaire peut-il être diagnostiqué chez un enfant

Le trouble bipolaire, communément appelé «maniaco-dépression», est une maladie mentale classée dans la catégorie des troubles de l’humeur. C’est donc essentiellement au niveau de ses humeurs que le sujet est affecté par cette maladie. Selon le DSM-IV, l’humeur peut varier d’un état de manie à un état dépressif.

L’état de manie peut se manifester par de l’euphorie, des idées de grandeur et/ou une surestime de soi. L’état dépressif est caractérisé par une grande tristesse, une vive irritabilité, une culpabilité chronique et un manque d’intérêt et de motivation.

 

Cycle de l’humeur

Ces pôles inverses de l’humeur peuvent se manifester de différentes façons. Ils peuvent se vivre indépendamment un de l’autre, ce qui veut dire que la manie peut durer quelques semaines pour ensuite laisser place à la dépression. Celle-ci peut ensuite se poursuivre durant quelques jours, voire plusieurs semaines.

 

L’euthymie

Entre les deux pôles inverses, on peut aussi voir apparaître un état d’accalmie, que l’on nomme l’euthymie, pendant lequel l’humeur est «normale». Par contre, il est aussi possible que les deux pôles soient présents en même temps. Nous appellerons cela un «état mixte». «Le trouble bipolaire, tel que décrit, appartient davantage à l’âge adulte.

 

Quelles sont les causes du trouble bipolaire?

Pour le moment, les causes de cette maladie sont encore hypothétiques. Toutefois, certaines recherches ont révélé que l’historique génétique aurait un rôle important à jouer.

 

Les résultats ont démontré que si un parent est atteint du trouble bipolaire, 15% de la descendance pourrait s'en voir atteinte. Si les deux parents sont atteints, les statistiques augmentent la probabilité avec un résultat variant entre 50 et 75%.Click to Tweet

 

De plus, le stress vécu par l’individu pourrait faire en sorte de précipiter les épisodes. Il n’existe pas encore de recherche empirique démontrant la façon bio chimique de diagnostiquer le trouble bipolaire. Le jugement critique d’un psychiatre est toujours la meilleure avenue pour obtenir un diagnostic.

 

Les enfants peuvent-ils être atteints d’un trouble bipolaire?

La réponse est «oui». Les enfants peuvent eux aussi être affectés par le trouble bipolaire. Dans le DSM IV, on ne retrouve pas de critères spécifiques reliés aux enfants. Par contre, les critères «adultes» s’appliquent à l’enfance et l’adolescence. Pour les jeunes pré-pubères, il est plutôt difficile de poser le diagnostic en raison de la difficulté à faire la distinction entre la manie et les comportements développementaux normaux.

 

Le manque de jugement ainsi que l’implication excessive dans des activités plaisantes peuvent être considérés comme des comportements normaux à cet âge.

 

Comment se manifeste les symptômes du trouble bipolaire chez un enfant?

Les symptômes peuvent se manifester différemment. Chez l’enfant, la manie se manifeste davantage par des crises de colère explosives, une irritabilité sévère et persistante ainsi que des comportements violents envers sa famille, ses enseignants ainsi que ses amis. Il présentera aussi des signes d’euphorie et/ou des idées grandioses et il démontrera une labilité (1) affective . Pour sa part, la dépression se manifestera avec davantage d’irritabilité que de tristesse.

 

TDAH ou trouble bipolaire ?

N’ayant pas le tableau clinique habituel, l’enfant a des cycles moins bien circonscrits et il présente plus d’épisodes mixtes, donc des manifestations d’épisodes de manie et dépressifs à la fois. S’il y a apparition hâtive du trouble et que l’enfant présente des symptômes bipolaires , il peut arriver malheureusement que son état soit confondu avec une autre problématique telle qu’un trouble des conduites, un trouble oppositionnel ou un TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité).

 

Diagnostic plus facile à l’adolescence

À l’adolescence, les critères diagnostiques s’apparentent davantage à ceux des adultes. À l’âge de la puberté, le diagnostic est «plus facile» à poser. L’adolescent étant plus à risque de développer une dépression, il faut donc être attentif aux symptômes excessifs, persistants et pouvant causer de la détérioration dans plusieurs sphères de sa vie. Selon les statistiques, 44% des adolescents atteints du trouble bipolaire sont à risque de suicide. Un suivi étroit sera donc nécessaire à cet effet. Les adolescents atteints du trouble bipolaire sont aussi plus susceptibles aux abus de substances qu’ils utilisent fréquemment à titre d’automédication.

 

Et les traitements du trouble bipolaire?

Les traitements du trouble bipolaire se divisent essentiellement en deux catégories : la pharmacologie et la psychothérapie. Afin d’obtenir le meilleur rétablissement possible, la combinaison de ces deux types de traitement est nécessaire. On pourrait donc dire que «l’un ne va pas sans l’autre».

 

Le traitement pharmacologique habituellement utilisé pour le trouble bipolaire est l’utilisation de stabilisateurs de l’humeur tels que le «lithium» ou l’«épival». Par contre, lorsqu’il s’agit de patients enfants ou adolescents, ceux-ci sont à proscrire. L’utilisation d’ «antipsychotiques atypiques» et d’antidépresseurs sera un meilleur choix.

 

La médication pour traiter un trouble bipolaire

La médication qui traite le trouble bipolaire agit sur les neurotransmetteurs qui sont des substances chimiques par lesquelles les neurones communiquent et assurent le fonctionnement cérébral. Lorsqu’il y a dysfonctionnement au niveau de cette communication, c’est à ce moment qu’une personne peut se retrouver avec un épisode maniaque ou dépressif. La médication servira donc à ajuster la communication afin de l’équilibrer le mieux possible.

 

La psychothérapie

Le deuxième type de traitement essentiel est la psychothérapie. Elle a pour but d’aider la personne atteinte à accepter sa maladie, à s’adapter aux situations stressantes de la vie, à améliorer ses relations interpersonnelles ainsi qu’à éviter les rechutes.

 

Lorsqu’il y a une rupture du fonctionnement chez l’enfant ou l’adolescent, plusieurs personnes sont susceptibles d’être témoins du changement qui peut se manifester dans ses comportements. Il peut s’agir de ses parents, mais aussi d’intervenants scolaires, de professeurs et d’amis. Toutes ces personnes sont importantes dans le processus d’évaluation pour le diagnostic, mais elles sont aussi essentielles pour accompagner et supporter le jeune dans ce qu’il vit.

 

Si l’enfant ou l’adolescent présente certains symptômes s’apparentant au trouble bipolaire, Il est important de consulter un psychiatre afin de réduire les effets nuisibles causés par la rupture de son fonctionnement.

 

Références

Collaboration
DR Martin Gignac
institut Philippe Pinel Professeur-adjoint de clinique, Directeur-adjoint département de psychiatrie, Section pédopsychiatrie Faculté de médecine Université de Montréal

DR Andrée, Daigneault
MD, FRCPC, DFAPA Intervention précoce en bipolarité (IPEB) Hôpital du Sacré Coeur de Montréal Institut universitaire en santé mentale Douglas

Recherche
A Swann 2007
Bowring et Kovacs 1992
(1) Originaire de la science chimique, ce terme est utilisé pour caractériser l’instabilité de certaines composantes de la personnalité, en particulier l’attention et l’affectivité. Aussi appelée « variabilité de l’humeur », la labilité affective est marquée par la succession rapide ou l’existence simultanée de sentiments contradictoires ou sans rapports. Des facteurs externes comme internes peuvent être à l’origine de cette labilité affective. Cette instabilité affective se retrouve surtout chez les enfants et chez des adultes touchés par une excitation maniaque. Dans cet état, l’affectivité et l’idéation sont très superficielles.

About the Author

9 thoughts on “Le trouble bipolaire peut-il être diagnostiqué chez un enfant

  1. Mme Poiret - 20 octobre 2015 dans 15 h 32 min

    Bsr à vous, je m’inquiète du comportement de mon petit fils.

    Voilà , je vous situe le problème: Mon petit fils âgé de 3 ans et un garçon adorable mais qui a un comportement qui me laisse perplexe et m’inquiète bcp, il peut être très gentil et méchant , à l’école en début de semaine il est attentif et les jours suivants il est agressif avec ses camarades d’école , même envers sa maîtresse. Chez sa maman aussi , il peut avoir des comportements de gentillesse et d’agressivité envers ses parents . Je me demande si il n’y aurait pas des symptômes de bipolarité ! Pourriez vous me dire si oui ou non il aurait ses troubles ?

    Répondre
  2. Nemopode - 22 octobre 2015 dans 22 h 52 min

    Pour comprendre ce qu’est le trouble bipolaire je vous conseille de lire ce témoignage: http://goo.gl/ZCi0dt

    Répondre
  3. Hiéléna - 22 octobre 2015 dans 22 h 53 min

    Bonjour, Article très intéressant, vu que la position de la plupart des psychiatres français est de nier la bipolarité juvénile. J’aimerai savoir pourquoi il est mieux de soigner avec des anti psychotique atypiques ou des antidépresseurs, alors que l’on sait que ces derniers ont tendance à provoquer des virages maniaques et sont à prescrire avec précaution ?

    Répondre
    • ALPABEM (Cynthia Patrice)
      ALPABEM (Cynthia Patrice) - 22 octobre 2015 dans 22 h 53 min

      Tous les médicaments sont prescrits avec précautions. Toutefois, si la personne a un spectre bipolaire et que la médication donnée provoque une manie, c’est souvent cet élément qui pourra amener le professionnel à confirmer le diagnostic. Aussi, le traitement pharmacologique est adapté à chaque individu et cela même si le diagnostic est le même. Certains antipsychotiques et antidépresseurs sont régulièrement utilisés au Québec dans le traitement du trouble bipolaire, mais il en existe plusieurs sortes et tout dépendant des doses, leurs fonctions et leurs effets sont différents! Le seroquel, par exemple, est principalement utilisé comme antipsychotique mais il pourra, à faible dose, être utilisé comme un anxiolytique. Merci pour votre question

      Répondre
  4. Elcie - 24 octobre 2015 dans 3 h 42 min

    Je vous écris parce que pendant plusieurs années je cherche de l’aide pour mon fils de 13 ans. Aujourd’hui on cherche encore, parce que personne ne comprend et n’écoute ce qu’on dit,nous les parents. Mon fils à des hauts et des bats. Dans ces haut, il danse à l’extrême, il fait tout à l’extrême,mais dans le positif. Après son humeur change.il devient déprimé et ne parle pas beaucoup. Il a une baisse d’énergie et manque de motivation malgré les encouragements des adultes qui l’entour. Il peut se mettre à rire seul,sans raison. Il a déjà tenté de se suicider en sautant du 2 étage. Il peut devenir très violent en me menaçant,me frapper,me contrôler, devenir grossier avec ses parents, ses amis,ses professeurs. Il est distrait, manque de concentration souvent. Pourtant c’est un enfant très intelligent avec beaucoup de potentiel. Mais ce nuage noir le poursuit tout le temps. Il a déjà admis entendre une voix. Mais le spécialiste lui a dit je ne te crois pas. Tous ces comportements m’inquiète sur mon fils. J’ai cherché de l’aide pour lui et aucune porte s’est ouverte pour nous. Il a coulé son année scolaire une fois et ça continue. Une enseignante nous a parlé d’anxiété et parle trop . Je ne peux pas baisser les bras pour lui. Quoi faire! On me dit que ces comportements son normal et que c’est de l’opposition. Je ne crois pas que c’est juste cela qu’il a. Je l’aime de tout mon coeur.

    Répondre
  5. lucien - 8 décembre 2015 dans 22 h 16 min

    maman d u petit garçon de 6ans cela fait 3 ans que je cherche ce que à mon fils. très intelligent avec un qi élevé ne tient pas en place fait des crise de peur de pleurant en ce faisant du mal à lui même ce tape la tête au sol mur vitre s écrase les doigt.dans les portes pense pouvoir voler très agressif par moment envers moi même mon conjoint maitresse amis il ne se contrôle plus ça peu durer 5 a15mn maintenant beaucoup moins longtemps avant n aime pas les règle à la maison ou ailleurs et j ai trouver une peluche de tintin pendu part le coup à une poutre dans sa chambre très inquiétant même voulu passer par le veux il est suivi par le cmp et à déjà vu une psychologue pendant 2 ans quand penser vous ??????????besoin d aide merci

    Répondre
  6. discovery - 10 mars 2016 dans 12 h 35 min

    bonjour,
    j’ai 52 ans et suis bipolaire depuis toujours prise en charge médicalement depuis 15 ans pour moi tout va bien j’ai trouvé un équilibre à force d’essayer différents traitement. Ce qui m’inquiète aujourd hui c’est mon fils de 18 ans (la bipolarité peut etre génétique…) quand il a eu quatorze ans je me suis séparé de son papa nous sommes divorcés. Mon fils vit très mal cette situation malgré qu’il est a un âge ou il peut comprendre les choses. Aujourd’hui j’ai très peur car il est très dépressif c’est constament le bazare dans sa tête il n’a pas comme moi de phase d’hyper activité seulement des phases down avec tout comme moi des grosses crises de colères accompagné de diahrées verbale la j’ai l’impression de me voir il pousse les personnes qu’il aime au bout du bout pour finir par s’excuser quand on atteint l’irréparable… merci de me faire part d’une situation similaire. Pour info il a été vu par des psy apparemment il ne présente pas la maladie mais mon intuition de mère pense autrement…

    Répondre
  7. discovery - 10 mars 2016 dans 12 h 38 min

    merci de me contacter si ma situation vous évoque quelle chose de similaire

    Répondre
  8. isabelle - 26 juillet 2016 dans 20 h 29 min

    Bonsoir,
    Je suis la maman d’une jeune fille qui travers une adolescence difficile, souvent en larme sans raison apparente
    Nous etions tres proche et maintenant elle se tourne vers son papa
    Nous l’avons faite consulter un psychiatre spécialise pour les ado il a diagnostique qu’elle etait monopolaire elle n’a pas de phase euphorique. Il nous a expliqué que cela venait d’une molécule.
    Il lui donne des médicaments qui m’inquiétè du prosac plusieurs par jours plus un régulateur d’humeur (‘médicament pour l’épilepsie). Comment savoir avec certitude si ma fille est touché par cette maladie existe t-il des analyse biologique pour detecter ce mal. Dans nos famille il n’y a pas de cas.
    Je voudrais le mieux pour mon enfant comme toute les maman mais en meme temps j’ai tellemnt peur de voir mon enfant ingurgité tous ces posologie
    Comment reagir devons nous demander un 2 avis , notre medecin traitant a etait surpris il ne pensé pas que ma fille pouvait avoir ceci
    c’est un SOS
    zouzounne

    Répondre

Laisser un Commentaire

125 Partages
Partagez124
+1
Tweetez
Partagez1
Épinglez
Stumble