Mon chemin de croix

Mon chemin de croix

Je me souviens de l’entrée de notre fille à l’école primaire. À ce moment, nous, ses parents, nous demandons s’il doit y avoir dérogation ou non, donc si notre fille doit débuter l’école à 5 ans ou à 6 ans ?

 

 

Pas de nuages à l’horizon

 

Suite au « feedback » de la garderie et aux recommandations sans réserve du psychologue aidant, nous optons finalement pour l’entrée au primaire à 5 ans. Les commentaires du psychologue et les résultats exceptionnels obtenus lors des tests d’intelligence font en sorte qu’en tant que parents, on se sent très fiers et on envisage le futur de notre enfant comme allant de soi, sans trop de nuages à l’horizon.

 

On s’imagine alors qu’elle réussira facilement tout ce qu’elle entreprendra. Il est trop tôt encore pour formuler des rêves ou des attentes spécifiques pour elle. Tout ce qu’on espère, c’est que grâce à son intelligence et sa curiosité, elle profitera au maximum de son passage au primaire. Et c’est exactement ce qui arrive.

 

Nous, ses parents, sommes fiers de la voir réussir si bien à tous points de vue, autant académique que social. On remarque déjà un intérêt pour le domaine artistique (dessin, découpage, spectacles à la maison, etc.).

 

Entrée au secondaire

 

Ensuite, c’est l’entrée au secondaire, en collège privé. En général, l’adaptation se fait assez bien, sauf peut-être pour ce qui est de la discipline rigide et de la vie «trop» en groupe. Les résultats scolaires sont excellents. En plus, elle obtient plusieurs mentions spéciales pour son initiative, ses efforts, certains travaux, etc. Comme parents, on est très fiers et tout semble très bien aller.

 

Du secondaire 1 à 4, son comportement est assez normal, avec un peu de révolte ici et là contre l’autorité et les règlements. On se dit alors que c’est quand même compréhensible pour une adolescente.

 

Les premiers signaux… le secondaire 5

 

En secondaire 5, on commence à observer des changements. Un peu de laisser-aller, des crises au sujet de la réussite de certains cours, du découragement et même de la panique lors de travaux à remettre ou d’examens à préparer.

 

Je me dis que c’est un peu normal tout ça. J’ai étudié au même collège et je suis passé par là. Il y a beaucoup de pression pour terminer le secondaire avec de bonnes notes, car celles-ci ont une influence sur l’admission au CEGEP. Il faut aussi choisir un CEGEP et un programme d’études.

 

Elle termine le secondaire 5 assez difficilement, terminant un cours avec un échec (le premier de sa vie). Elle obtient quand même son diplôme. On sent que quelque chose ne va pas, mais on ne sait pas quoi. Son silence ne nous aide pas. On apprendra plus tard qu’elle a été victime d’intimidation, qu’elle était «reject». Pourquoi ? Ce n’est pas clair. On se demande quoi faire pour l’aider. On ne le sait pas.

 

Le premier choc

En fait, on diagnostique une dépression majeure au début du secondaire 5, soit en octobre. Elle a alors 16 ans.

 

Est-ce qu’on l’a vue venir ? Peut-être un peu, mais ce n’est pas évident. Ça se développe graduellement ces choses-là.

 

Je me souviens surtout qu’elle se réfugiait dans le sommeil, dans de très longues nuits de sommeil. Mais je me suis dit que ça allait s’arranger. Je me suis dit «pas ma fille, si intelligente, qui a si bien réussi jusqu’à maintenant ». Je ne sais pas comment elle a réussi à passer à travers cette année d’enfer et à obtenir son diplôme. Je ne me souviens pas très bien de cette année-là. Mais comme parents, je vous assure qu’on a souffert, en essayant de le cacher à l’entourage, sauf aux amis très proches qui ont su nous réconforter. Malgré la peine, nous l’avons soutenue et encouragée du mieux qu’on a pu. Mais notre fille a surtout réussi grâce à son grand courage et sa force de caractère. Bravo!

 

Le deuxième choc

C’est l’entrée au CEGEP. Il n’y a plus d’encadrement et de suivi comme au collège. Le choix initial, les sciences humaines, n’est pas le bon. Il n’y a aucun intérêt de sa part.

 

C’est donc le laisser aller durant toute la 1ère année, avec de mauvaises notes et de nombreux échecs. À cela s’ajoute la consommation quotidienne de drogue et la boisson.

 

On est dans l’ignorance une bonne partie de l’année; on pense que ça va assez bien. Mais lorsqu’on apprend la vérité, c’est comme un coup de masse dans le front. Ça ne se peut pas! Pourquoi?

 

Le troisième choc

C’est la deuxième année au CEGEP. Notre fille change de programme et choisit les arts plastiques. On voit qu’elle est plus heureuse et la 1ère session est une réussite. Mais elle retombe à la 2ème session et passe un mois en psychiatrie à l’hôpital.

 

S’agit-il d’une dépression ? Alors là, pour nous c’est le choc total, l’effondrement. La voir dans cet environnement, la voir «gelée» par les médicaments, se faire dire parfois qu’elle ne veut pas nous voir, ne pas comprendre la logique derrière le traitement, tout cela fait en sorte qu’on ne sait pas quoi faire, on ne sait pas à quoi s’attendre. J’étais paralysé par cette situation.

 

C’était comme si

j’attendais que ma fille me transfère une partie de sa souffrance afin de se libérer. Comme c’était impossible, j’ai souffert pour rien.Click to Tweet Je suis resté dans mon coin. Je n’ai pas cherché d’aide pour moi.

 

L’avant dernier choc

Après le CEGEP, il y a eu les années d’université, entrecoupées de cinq voyages au Pérou. Ce fut un mélange de périodes euphoriques et dépressives (plus nombreuses) pour elle, mais aussi pour nous, ses parents. Encore une fois, grâce à son courage et sa persévérance, notre fille obtient son baccalauréat en Arts. Quelle joie pour nous!

 

Un dernier choc

Après le bac en Arts, notre fille a continué ses études pour obtenir un bac en enseignement des Arts. Tout va bien pendant quatre sessions. Puis elle fait une mauvaise rencontre. Elle abandonne les études, retourne à la boisson et à la drogue. En juillet 2014, elle touche le fond. On est très affectés.

 

Les émotions que vivent les parents d’une personne qui souffre de maladie mentale

 

On a vécu de la colère à son endroit à l’occasion, pour le regretter par la suite. On ne pouvait plus supporter de ne la voir «rien faire», même si on savait, même si on comprenait qu’elle n’avait pas l’énergie pour faire quoi que ce soit.

 

On a aussi ressenti de la frustration du fait de ne pas avoir vu venir les choses, d’avoir attendu trop longtemps pour agir lorsqu’on a compris la situation, de l’avoir laissé souffrir pour rien… Bref de la culpabilité.  De la frustration aussi de n’avoir pu comprendre comment fonctionne le réseau, de ne pas connaître les ressources disponibles pour elle et pour nous-mêmes.

 

En tant que membre de l’entourage, jusqu’à ce qu’on accepte enfin que notre proche est atteint d’une maladie, on essaie souvent d’expliquer ce qui se passe, de se convaincre qu’il y a une logique dans tout ça. En fait, on essaie de se rassurer. C’est une forme de déni.

 

Lorsque notre fille a compris et accepté sa maladie, qu’elle a accepté la prise de médicaments, qu’elle a réalisé ses responsabilités face à sa guérison, on a alors senti la tension diminuer, pour elle comme pour nous.

 

L’acceptation et le lâcher prise

 

Quand les parents et le proche atteint ont compris et accepté que la contribution des parents par l’encouragement, l’aide et l’écoute est nécessaire mais limitée, les choses sont plus claires. C’est à ce moment qu’on peut penser à une amélioration de la situation, mais sans oublier toutefois la possibilité d’une rechute.

 

Comme parents, devant les multiples situations difficiles vécues et la découverte de la maladie mentale chez notre fille, on était démunis, isolés, envahis par la peine. On essayait bien maladroitement de sauver notre fille au détriment de notre santé physique et psychologique.

 

Des ressources pour la famille et la personne souffrante

 

On a cherché du réconfort auprès d’amis, mais ce n’était pas assez. Si on avait connu l’ALPABEM à ce moment-là, on aurait consulté rapidement pour ensuite mieux réagir face aux diverses situations.

 

En juillet 2014, après avoir touché le fond, notre fille consulte en psychiatrie à la Cité de la Santé, où une psychiatre la prend en charge, la brasse un peu et lui indique quelques ressources qui devraient l’aider. Et en effet, ces ressources l’ont beaucoup aidée.

 

  • La 1ère ressource a été un centre pour personnes en crise, qui l’a accueillie dix jours et lui a permis d’apaiser sa crise et de faire plusieurs démarches pour la suite des choses. On a alors eu droit à un répit bien mérité et on était réjouis de la voir motivée à faire ses démarches.
  • La 2ième ressource a été un organisme aidant les personnes aux prises avec des dépendances. Notre fille est sobre depuis juillet 2014. Tout le monde lui dit qu’elle a l’air bien et qu’elle n’est plus la même personne. On en est très heureux et on l’encourage à chaque occasion.
  • La 3ième ressource a été un psychologue qu’elle consulte régulièrement depuis juillet 2014. Elle nous dit qu’elle a beaucoup progressé. Cela nous semble évident et c’est une autre source de fierté pour nous.
  • La 4ième ressource a été un endroit accueillant des femmes qui tentent de s’en sortir et qui désirent acquérir confiance en soi et autonomie. Notre fille y est déménagée en novembre 2014 et jusqu’à maintenant, les choses se passent très bien.

 

La partie n’est pas gagnée, loin de là. Il y aura peut-être des rechutes. Mais les démarches entreprises permettent à notre fille d’aller dans la bonne direction.Nous, ses parents, sommes très fiers d’elle!

One thought on “Mon chemin de croix

  1. Nathalie Beaudoin - 7 mai 2016 dans 20 h 18 min

    Mon passage au centre de crise de Québec m’a permise de m’ouvrir sur des émotions refoulés suite a un abus sexuel de la part de mon frère ainé 25 ans plus tôt. Le cerveau d’un enfant permet de mettre sous de profonde protection des évènements traumatisants a tel point que je suis devenu ignorante de ce moment vécu. Marié et devenu mère de trois enfants j’ai fait tout en mon pouvoir afin de TOUT réussir l’échec n’étais pas permis. AQETA Québec m’a aider a formé un coffre a outils incroyable de l’aide au devoir a l’encadrement et l’éducation. La perfection et le soutien pour autrui avant tous ;mais depuis quelques années des physiatries me disais de faire attention a ma santé ( pas le temps ; marié a un agriculteur et gestion de 100 empl. , la maison les enfants, le terrain ) .Un jour de retour de vacance des 3 jours je suis devenu en l’espace de 5 jours incapable de me déplacé : surprise fatigue chronique et fibromyalgie ; j’ai monté un dossier médicale et changé de médecin et trouvé un spécialiste un an plus tard j’étais de retour aux travails. Suite a cela le divorce un déménagement un nouvelle emploi que je n’arrivais pas a gardé, et des relations compliqué en amour. Mais un jour le pire es arrivé ce qu’aucun parent ne veux entendre : la cadet de mes filles a un cancer a 21 ans . Je prend mon courage et je fais au maximum pour la soutenir; le père de mon ex amoureux avais son père en phase terminale. alors de toute mes forces je les soutiens. ….. un an plus tard ma fille est remise mais pas moi ( un ancien reflexe d’enfant reviens ; automutilation !) La je sonne l’alarme a ma psychologue et 3 jours plus tard je me retrouve au centre de crise : et je me suis dis ok go c’es la que tous vas commencé . après une rencontre de plus de 2 hrs un intervenant que je remercie encore fini par me faire sortir une émotions et la je demande de ne pas m’abandonnée et grâce a leur soutien je me suis retrouvé aux Centre de Croissance Renaissance pour une thérapie de 12 semaines. La partie n’a pas été facile et la douleur étais souvent au rdv . mais grâce a l’équipe j’ai pu me retrouvé c’elle qui étais caché derrière la honte d’avoir été abuser ….. que de larmes j’y ais versés,que de frustration, de peine, un jour durant un atelier l’intervenant explique le processus du pardon et la un VOLCAN d’émotions a jais avec une tel force que j’aurais pus être propulsé au sol : qu’es ce qui se passe ;: je ne reconnais aucune de ses émotions seulement de la peur. Jour après jour atelier après ateliers j’ai écris et persévéré me disant que j’avais une opération a cœur ouvert pas question de m’arrêter , j’avais enfin l’aide tant attendu : mais la plus grande part de travail je devais la faire sans filtre sans jugements et surtout avec franchise : je devais avant tous M’invertir et m’acharné la ou il y avais de la douleur… car de la viens le bobo.
    Au-delà de toute espérance j’ai réussis grâce a ma détermination et ma persévérance a me redécouvrir et me rebâtir ; avec la surprise et le témoignage des intervenants j,ai sus a la fin de mon séjour que j’avais atteins plus que la plupart vont chercher j’avais fait ma recette DU BONHEUR. Faire face a mes peurs les confronté et les dominés …

    Je n’y es pas presque pas sortis de ce centre afin de me concentré sur mon travail; depuis mes enfants se sont rapprochés de moi et je les retrouvés confiants et heureux. J’ai du faire des choix dans mes relations familiale mais sachant que la situation m’amenais calme et réconfort .

    Maintenant ma perception de la vie est différentes et mes choix sont plus réfléchis ……… je gagnes en prenants soin de moi avant tout. svp gardé mon nom privé merci

    Répondre

Laisser un Commentaire

44 Partages
Partagez33
+1
Tweetez2
Partagez9
Enregistrer
Stumble