marie-eve

Déjà toute jeune, mon intérêt à travailler dans le milieu communautaire se manifestait. Dans le cadre de mon programme d’études internationales à l’école secondaire, nous devions effectuer un nombre déterminé d’heures de bénévolat durant l’année. C’était pour moi une grande joie que d’aller passer quelques heures par semaine avec des personnes âgées ou de prendre part à divers évènements caritatifs, je finissais par ne plus compter les heures!

 

Lorsqu’est venu le temps de choisir un programme d’études, les sciences sociales étaient le seul domaine que j’envisageais et la psychologie s’est imposée d’elle-même. On y étudiait l’humain sous tous ses angles et cela pouvait mener à une carrière en relation d’aide.

 

Une fois au Baccalauréat, j’ai développé une véritable passion pour les troubles mentaux graves, de l’étiologie, à l’intervention en passant par la neurologie et la psychopharmacologie. Ce sont d’abord les symptômes sévères et abstraits de ces maladies qui ont piqué ma curiosité. Ensuite, c’est toute la discrimination et les préjugés avec lesquels doivent vivre les personnes atteintes et leurs proches qui ont touché mon côté revendicateur.

 

Une fois mon diplôme en poche, j’ai choisi de travailler comme intervenante dans un organisme qui œuvre à la réinsertion sociale de gens avec des troubles mentaux graves. Mon implication m’a permis de constater une triste réalité; la majorité des personnes bénéficiant de ces services n’ont plus le support de leurs familles et amis. J’ai senti une urgence d’intervenir auprès des proches, puisque l’on sait toute l’importance qu’ils ont dans le rétablissement d’une personne atteinte d’une maladie mentale et parce que leur souffrance passe trop souvent sous silence. Les recherches que j’ai effectuées à ce moment m’ont permis de connaître l’ALPABEM. J’ai tout de suite été accrochée par la mission et les valeurs de l’organisme. De plus, la variété des services offerts cadre parfaitement avec mes intérêts diversifiés et mon côté touche-à-tout.

 

Pratiquer des loisirs et m’investir dans mes passe-temps est essentiel à mon bonheur et mon équilibre. Suite à mon abandon du tabagisme, j’ai développé une véritable passion pour les activités physiques qui allient également la détente et la conscience de soi tels le yoga et le Pilates. De plus, mon intérêt pour la mode est sans borne. Que se soit à travers la lecture de blogs, de magazines, en faisant moi-même la modification ou la conception de vêtements ou en scrutant les réseaux sociaux de mes designers et vedettes favoris, ça me suit partout!

 

Aussi, j’adore les animaux. Berlingot, mon chien saucisse, célébrera son 8e printemps cette année. Ne vous surprenez pas si vous entendez parler de mon côté aventurier, une autre facette de ma personnalité. Lorsque je voyage, je fais mes bagages de manière minimaliste et je me tiens loin des grands hôtels et restaurants. Ce qui me plaît c’est de sortir des chemins battus et de faire des rencontres enrichissantes! Probablement que cette passion me vient de ma sœur qui a visité plus d’une vingtaine de pays. Je conclurai en vous disant que les valeurs de solidarité, d’équité, de justice, de respect et d’entraide m’ont été inculquées très jeune et je fais de mon mieux pour les mettre en pratique quotidiennement.

 

Je suis persuadée que mon expérience à l’ALPABEM me permettra de leur donner un nouveau sens. Je suis très motivée face aux nouveaux défis que mon poste me permettra de relever et j’ai très hâte de vous rencontrer!

 

Au plaisir, Marie-Ève

0 Partages
Partagez
+1
Tweetez
Partagez
Épinglez
Stumble