Psychiatres tout terrain

Psychiatres tout terrain

Des psychiatres mobiles ? Quelle belle initiative!!! Quelle bonne nouvelle !!! Enfin quelqu’un a eu une sacrée bonne idée. Comment se fait-il que personne n’y ait pensé avant? C’était tout simple pourtant et si efficace. « Rejoindre les gens dans leur propre milieu. « WOW !». Avez-vous lu l’article de Katia Gagnon dans La Presse?

 

Troquer son bureau contre la rue

C’est comme un récit fantastique tiré d’une bande dessinée, trop beau pour être vrai. C’est l’histoire de deux psychiatres qui ont décidé de troquer leur bureau contre la rue. Voilà la preuve que nous devons redéfinir notre façon de faire, penser différemment et sortir des sentiers battus. Donc, Rousseau avait raison de dire :

« Prenez la voie contraire à la coutume, vous ferez toujours bien. »

 

Des mesures pour lutter contre l’itinérance

Je lève mon chapeau à ces deux médecins psychiatres ainsi qu’à leur équipe. Ce qu’ils ont réussi à faire est non seulement inspirant, mais aussi encourageant et prometteur.
Bien sûr, il s’agit d’une mesure pour lutter contre l’itinérance, une brillante façon d’aller chercher les personnes souffrant de maladie mentale.

 

Il est vrai que les rues de nos villes en sont remplies. Mais n’oublions pas que nous tentons d’en retenir plusieurs dans nos maisons pour éviter de les voir glisser dans le cercle infernal de l’itinérance.

 

Des familles anxieuses

Je sais que beaucoup de parents sont rongés par la peur que leur enfant tombe dans ce monde aussi chaotique qu’est l’itinérance. Pour eux, la maladie mentale s’abattant sur lui étant déjà un enfer, ils voudraient bien lui en éviter un deuxième.

 

Une autre réalité touche aussi certains parents; ceux qui risquent eux-mêmes de se ramasser dans la rue parce qu’ils sont prêts à tout afin d’empêcher que leur enfant s’y retrouve lui-même. Combien de parents qui s’attendaient à vivre une retraite « paisible » dépensent malheureusement toutes leurs « économies » pour alléger le lourd fardeau d’un enfant malade?

 

La pointe de l’iceberg

Je me rappelle lorsque le gouvernement s’est doté d’une politique sur l’itinérance. J’étais content, mais je savais que l’itinérance était seulement la pointe de l’iceberg. Car elle est ce qu’on voit à la surface, mais on ignore souvent ce qui se cache en dessous.

 

Avec les psychiatres de rue, on répète le même scénario! On intervient sur ce qui est plus visible et plus dérangeant pour la société : l’itinérance. Mais il ne faudrait pas oublier tous ceux qui souffrent et que nous ne voyons pas.

 

Une mesure couteuse ?

Sortir les psychiatres des hôpitaux ne coûte pas si cher et on arrive à avoir des résultats extraordinaires. Et même s’il en coutait le double du prix, ce serait encore moins dispendieux que de laisser les forces policières régler la situation de façon drastique et permanente.

 

Blâmer les médecins et les policiers ?

Je ne blâme pas le réseau de la santé ni la police. Comme je l’ai déjà mentionné auparavant, ce problème nous concerne tous. Le médecin psychiatre et le policier sont des éléments clés dans l’échiquier de la santé mentale. Peu importe que l’on fasse la lutte à la drogue, la prostitution ou l’itinérance, s’il y a des dérapages ne cherchons pas sur qui jeter le blâme. Cela ne nous avance à rien. Par contre, ces dérapages devraient nous inciter à aller chercher des pistes afin que des événements disgracieux ne se reproduisent plus.

 

Soigner entre les lignes

À ce propos, j’aime cette phrase trouvée dans un billet sur le blogue de: Soigner entre les lignes de Liette Desjardins, infirmière clinicienne à l’hôpital Douglas :

« C’est un art de gérer des situations explosives, aller vers l’autre avec plus de doigté que d’arme à feu, plus d’écoute que de contentions, plus de temps que d’urgence, persuader même si l’autre ne veut pas d’aide ou de nous. »

 

Les experts ont des limites

Même les spécialistes ont des limites et je ne crois pas non qu’on en soit rendu au point d’envoyer des psychiatres en uniformes de policiers. Serions-nous en train d’attendre la perfection des autres? Une chose est sûre, nous avons des attentes envers nos médecins psychiatres.

« Qu’ils nous guérissent une fois pour toutes et n’en parlons plus ».

Laisser un Commentaire

0 Partages
Partagez
+1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Stumble