La taux de suicide en augmentation au Québec en 2016 ?

La taux de suicide en augmentation au Québec en 2016 ?

Selon les données provisoires les plus récentes, 1 101 suicides ont été enregistrés au Québec en 2013, ce qui correspond à un taux de 13,3 décès par 100 000 personnes. Ces données suggèrent que la baisse du taux de suicide, amorcée au début des années 2000, semble s’estomper.

Sources: Institut National de la Santé Publique du Québec

 

Le taux de suicide en augmentation pour 2016 ?

 

Les données provisoires de 2014 ne laissent pas entrevoir de baisse du taux de suicide au Québec. Ainsi, avec les données actuellement disponibles, le nombre de suicides est estimé à 1 110 pour l’année 2014.

 

Les hommes de 35 à 64 ans plus à risque de mourir par suicide

 

En 2013, le nombre de décès par suicide était de 855 chez les hommes et de 246 chez les femmes. Le taux ajusté de suicide était quant à lui de 20,7 décès par 100 000 personnes chez les hommes et de 6,1 décès par 100 000 personnes chez les femmes, soit un taux de suicide des hommes 3,4 plus élevé que celui des femmes.

Chez les hommes, pour la période de 2011 à 2013, les individus âgés de 35 à 64 ans affichaient les taux les plus élevés, tandis que les adolescents (15-19 ans) présentaient le taux le plus faible.

Chez les femmes, le taux le plus élevé s’observait chez celles âgées de 50 à 64 ans. Les femmes de 65 ans et plus ainsi que les adolescentes (15-19 ans) présentaient le taux le plus bas.

 

Le taux de suicide de Montréal est significativement inférieur au reste du Québec

 

Pour la période 2011-2013, trois régions sociosanitaires affichaient un taux de suicide significativement plus élevé que pour l’ensemble du Québec. il s’agit des régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Mauricie et Centre-du-Québec et de Chaudière-Appalaches.

Les régions de Montréal et de la Montérégie présentaient pour leur part un taux significativement inférieur au reste du Québec.

 

Au Canada, le Québec n’est plus la région avec le plus haut taux de suicide

À l’échelle canadienne, le Québec se rangeait au troisième rang des provinces où le taux de suicide était le plus élevé. Au niveau international, le taux de suicide du Québec se situerait au 9e rang parmi une sélection de 22 états membres de l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 

Le taux de suicide deux fois plus élevé dans les milieux défavorisés

Enfin, une analyse des liens entre la défavorisation matérielle et sociale suggère que le taux de suicide est deux fois plus élevé parmi les milieux défavorisés en comparaison aux milieux favorisés.

Téléchargez le rapport complet

le suicide en 2016

11 thoughts on “La taux de suicide en augmentation au Québec en 2016 ?

  1. Guillaume Audet - 29 janvier 2016 dans 1 h 06 min

    Quand on ne se donne pas les moyens de comprendre le problème du suicide et qu’on se contente d’en faire des statistiques… on ne fait pas grand chose pour réduire le problème. Il n’existe aucune base de donnée pour comprendre ce qui pousse des gens à cette situation. Il n’y a rien d’approfondi, on ne fait qu’effleurer la surface en prétextant la perte d’un emploi, une séparation amoureuse, etc… L’Université McGill à fait une étude très intéressante sur les circonstances détaillées ayant porté des gens au suicide dans la province du Nouveau-Brunswick. Ce qui ressort de ce document est que 60% des personnes suicidées avaient des troubles de personalité limite et que 100% d’entre elle avait fait une thérapie spécialisée. 60% se sont suicidé dans les 3 mois suivant l’abandon de leur thérapie, les autres sur une période de 5 ans. J’ai fait ce genre de thérapie spécialisée, et l’aide que j’ai reçu m’a presque détruit… j’ai passé à deux doigts de me suicider à cause de ce milieu qui n’a jamais visé mes objectifs, qui n’a jamais voulu m’informer, qui ne s’est jamais soucié de mon consentement, qui m’a dénigré… agressé. J’ai été extorqué frauduleusement. Il m’a fallu 3 ans pour retrouver mon équilibre, mais j’en subi encore les contre-coup.

    Ma petite cousine TPL de 20 ans s’est suicidée samedi passé… elle a rencontrée les mêmes difficultés dans ce milieu « d’aide ». Je suis en contact avec de nombreuses personnes qui se sont retrouvées dans la même situation… pas d’aide, mais des agressions insensées sans aucun respect de nos droits et de notre dignité, dans un total je m’en foutisme devant nos objections et nos demandes d’éclaircir la situation.

    Je pose cette question sur les interventions de première ligne : Est-ce que vous croyez vraiment que c’est aidant pour une personne brisée, en manque d’amour et de contacts humains, qui essaie de mettre fin à son supplice en se tuant, que de l’enfermer en isolation dans une cellule d’hopital, privée encore plus qu’elle l’était, privée de ses droits et de sa liberté, mise en cage et replacée en situation de victimisation secondaire, c’est vraiment ça aider ? Vous voudriez être aidé de cette façon ? Est-il acceptable de prétendre aider quand on dresse à obéir par le chantage et la menace, qu’on use de privilège retiré devant une personne avec qui le système ne fonctionne pas (parce qu’il est inhumain et sans respect), que devant des gens qui vivent très mal cette forme d’aide restrictive et carcérale on les menace de contention et d’isolement encore plus dégradant et agressant ? C’est ce que le milieu d’aide appelle aider une personne qui crie son besoin d’être aimée, d’exister et son besoin de trouver un peu d’humanité dans ce monde… J’ai des amis(es) qui dans ce genre d’environnement on essayé de se tuer parce que c’est pire que tout. D’autres qui sont sortis en se promettant de ne jamais remettre un pied dans ce genre de milieu et de ne pas se rater la prochaine fois qu’ils auront ce genre d’idée. Le milieu fait que les gens ne demandent plus d’aide, ils passent à l’acte.

    Vous ne regarder que des statistiques sans jamais chercher à comprendre ce qui se passe. Les statistiques de suicides devraient obligatoirement inclure les causes, motivations, le type de thérapie faite par la personne décédée, ses tentatives pour trouver de l’aide (qui n’existe pas) pour comprendre le véritable problème du fonctionnement des mécanismes qui sont supposés les aider. Pour beaucoup de personnes qui font des démarches en thérapies, l’aide proposée n’est pas seulement un échec, elle est néfaste et très préjudiciable. Les structures en place font partie du problème qui nourrit les statistiques sur le suicide, il en est la cause pour plusieurs d’entre eux. Il y a des prises de consciences qui doivent se faire, des changements qui doivent être apportés, et la première étape salutaire qui pourrait réduire le taux de suicide serait que le milieu d’aide respecte les lois provinciales, nationales et internationales sur la pratique de la médecine dite « acceptable » au lieu de reproduire la criminalité de ses erreurs passées.

    Aidez-moi à changer les choses, signez ma pétition et diffusez-la.
    https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_Premier_ministre_du_Canada_Justin_Trudeau_Le_respect_des_lois_et_des_droits_fondamentaux/

    Répondre
    • Alexandre - 13 avril 2017 dans 17 h 12 min

      Signé!
      Tout à fait d’accord. Bravo pour ce texte.
      Et j’ajoute ceci: Parce que les professionnels des CLSC et de la police se préoccupent de leur petite personne et leur protocoles et formulaires qui les font se sentir à l’abris dans leurs enclos… le bien des autres ? Voyons, c’est pour sauver les apparences! Je travail dans un centre de santé donc je m’occupe de ma santé et je suis payé, celle des autres, pas mon problèmes.
      La police là-dedans ? Je suis un criminel raté et si j’arrête un violeur, on ne me soupçonnera pas d’en être un moi-même… Je suis payé pour me protéger moi-même.
      La vrai question c’est: est-ce que ce sont les métiers et les protocoles qui font grandir L’HUMANITÉ ????

      Répondre
  2. Fu - 26 décembre 2016 dans 3 h 00 min

    De quelqun qui a juste le gout den finir drette la… Qui vient de passer un 32iem noel de marde consecutif… Je deteste tellement noel… Jen peu pus…. Juste pus…

    Répondre
    • Patrice Machabée - 9 janvier 2017 dans 16 h 11 min

      Bonjour,

      effectivement, Noël peut-être une période difficile pour les personnes souffrantes ou seule. N’hésitez pas à communiquer avec nous, nous pourrions vous diriger vers les bonnes ressources

      Répondre
      • Alexandre - 13 avril 2017 dans 17 h 24 min

        quelles ressources ? celles qui nous font des faux-diagnostiques ou celle qui nous vendent de la drogues légale merci big pharma afin de s’acheter des porshes avec les profits ?!

        Répondre
    • bolduc francois - 4 avril 2017 dans 8 h 55 min

      moi c’est ma fete tu imagine cest le 30 janvier ,sen famille ny rien je te comprend tout cest jours jai essayer copain ,plus quand jme retrouve a lhopital tout les lendemains ,au lieu decouter il menferme pendant 1 semaine ou 2 dans leur prison hospital(si mois le record s’en visites a mes 18 ans D9!! ) ,mais sa me remonte lesprit que des gens comme toi nous montrent qu’on est pas seul,merci 🙂

      Répondre
  3. Serge Ledoux - 13 janvier 2017 dans 20 h 50 min

    Si Dieu nous a créé c’est parce qu’Il nous aime tous sans exception, peu importe notre niveau social, allant du clochard et du pédophile jusqu’au pape et le président. Nous sommes Sa création, et le fait qu’Il nous fait nous incarner dans un être humain, c’est un cadeau du ciel qu’Il nous fait. C’est vrai que la vie n’est jamais rose pour tout le monde mais ça fait partie de notre évolution en tant qu’âme éternelle. À mon sens, quand on se suicide, c’est un affront ultime que nous faisons à Dieu, qui nous a donné la vie en gage de son amour inconditionnel pour nous. Ce serait comme de redonner le cadeau qu’un ami t’a fait – prétextant que tu n’en as rien à cirer de son (bip) d’cadeau – car il te considère et apprécie ta compagnie et, aussi qu’il t’aime, même si plus souvent qu’autrement il n’ose te l’avouer en mots propres.
    Quand quelqu’un se suicide, c’est comme si celui-ci doublait son année scolaire. Dieu ne le punit pas le moindrement, c’est juste que tout est à recommencer, jusqu’à ce que l’âme finisse par comprendre qu’elle se doit de parcourir en totalité sa durée de vie qui lui est impartie. Amen.

    Répondre
    • Yacine - 27 décembre 2017 dans 6 h 22 min

      Le suicide est un acte impardonnable en islam ,
      Ce qui vous manque peuple du canada, c’est la foie et la croyance, c’est le lien sacré entre l’humain et le créateur ,
      Retrouvez la paix de vos coeurs dans l’islam, dans le coran,
      C’est le remède de tout les problèmes de la civilisation occidentale, basée sur le matériel et l’egoisme individuel

      Répondre
  4. Larry Anderson - 1 février 2018 dans 14 h 09 min

    Désoler d’avoir laissez en suspant du pourquoi de cette Simple phrase concernant un mal. Un mal unFait tres souvent Banalisé et

    souvent (je m’en excuses si je blesse mais ca doit pas blesser si ca nous concerne pas Alors!! ) tres mal interpreter car l’etre humaines

    est fait de déculpabilisation ! Pour passer a une autres étapes de la pertes de ces personnes et il faut oublié Pourquoi je dit oublier car il faut voir le soleil apres la pluits Il faut aller bien car ces MAL de resentir leurs pertes, ca nous effonce dans le pourquoi et personnes en parles car ces enfants de tout ages qui ont quitter cet souffrance ressentis dans l’incomphréhension de tous. Je site une phrase dites dans une maison de MAL DE VIVRE ( La dépression est une maladie qui touche de plus en plus de monde. Pour mieux y faire face, le recours à de l’aide professionnelle est nécessaire. ) Je vais vous en parler ces personnes doivent trouver fonctions que (A) ont Détermine les causes (B) Ont détermine des pistes pour aller bien. Et (C) Retrouver son Bien Etre. Ces une formules qui peut fonctionné pour un passage dépressif ( aussi longue que courte peut l’etre ) Chacun son ritmes A et ont devrais comprendre que si ca touche de plus en plus de gens. Ces que le bassins de personnes n’iras pas en diminuant et ces bien comme ca. Je tiens pas a faire la lecons ou a penser que je suis mieux J,aimerais que l’ont comprennent bien que ces personnes qui vives avec ce MAL DE VIVRE pour la pluparts donnerons jamais de signe avant coureurs du geste, qui vont et décider de Faire !!! Pour cesser D’avoir ce MAL DE VIVRE qui doit etres d’une intensité insoucenables. Si certains en me lisant ont pensées que j’étais qui pour éecrires ceci. Alors dites de vous que je suis peut etre de ceux la !!!! Ou TOI qui tu n’ose l’exprimer svp montrer votre humanisme en sortant de chez vous d’offrir qu’un seul sourires a un inconus ca demontre que vous allez grandir dans un monde Humains ET EXPRIMEZ VOUS ET SVP PARTAGER faut que ca change Larry
    ET SIGNÉE LA PÉTITION SURTOUT

    Répondre
  5. G.U. - 21 juillet 2019 dans 16 h 53 min

    *dsl, long com mais j’ai lu et relu mais ne savais pas quelle partie enlever.

    @Guillaume Audet

    « Le milieu fait que les gens ne demandent plus d’aide, ils passent à l’acte »

    Je n’ai malheureusement pas pu comprendre tous les éléments du message que vous avez posté, ce n’était pas assez clair pour moi. Nous avons aussi des vécus différents. Et des  »cas » différents.
    Par contre, je confirme que l’aide sur le terrain, en plus d’être souvent très insuffisante (on l’a vu avec le documentaire de M.Taillefer, « Bye », diffusé à Radio-canada… Les commentaires écrits des gens étaient très préoccupants)… L’aide peut aussi grandement laisser à désirer…
    Ça devient un jeu de hasard que de bien tomber… Et ça, ce n’est pas normal.
    Pas LÀ ou on est sensé t’aider… Pas aux derniers recours qu’il te reste…

    Je ne prétends aucune compétences, et je m’exprime en toute humilité…
    Par contre, comme « cliente », mon vécu me choque, et me semble inacceptable. Je n’userai donc pas de fausse politesse.

    Je n’ai rien contre les maladies mentales, mais je n’en ai apparemment pas. Le mentionner me permet de démontrer que le système ne tourne effectivement pas rond… Je ne suis ni TPL, ni bipolaire ou schizophrène,. J’ai aucune médication à prendre… Bien facile de mettre le blâme sur la maladie mentale, de dire ah mais on ne sait pas… Non. Ici on ne peut clairement pas blâmer mon manque de résultats sur une maladie mentale. Ni sur ma gestion; étant sur liste d’attente, pendant ce temps, des livres (stress, anxiété, psychologie positive, émotions, etc.), j’en ai lu en masse pour m’aider… Et je continue.. En plus de la méditation, nutrition (magnésium, soleil, gérer neuroinflammation, etc)…
    Quand la vie est difficile, et qu’on n’a pas de diagnostique de dépression (consulté et confirmé), ni problèmes de consommation ; quand c’est juste une vie de merde, avec un paquet de trous d’cul sur ta route… L’aide n’existe pas plus…
    Et les favorisés, c à d 90% des gens que tu croises dans ta vie parce t’es toujours en bas de tout l’monde, diront que c’est impossible ce que tu dis… Avoir autant de choses en même temps, c’est impossible, que c’est toi qui fait quelque chose de pas correctement quelque part ;
    ou que la vie fait toujours bien les choses, patiente et le vent tournera…
    Passe 10 ans, 20 ans, 30 ans… et pas la moindre amélioration, au contraire…
    Ils ne comprennent pas, et se contentent de dire que tu ments…
    La vie leur donne tous des breaks quelque part…
    Mais pas à tous ! Pas à moi… Je comprends l’importance de se les créer soi-même… C’est ce qui fait que je me permet de confirmer que les ressources pour prendre un break ne seront pas nécessairement là, peut importe à quel point on a travaillé fort ou pas…

    J’ai l’impression que les intervenants ne savent eux-mêmes plus quoi me suggérer, tellement j’ai tout essayé… Diagnostiquée (comme bien d’autres ça vient de l’enfance, les premières années de ma vie ; tout être humain dans même situation ce serait pareil)… Mais cette douleur , je dois vivre avec, et quand on n’est plus capable, il ne reste que le suicide. Ils disent appelle, mais alors on te suggère des choses qui ne s’appliquent pas ou des trucs pour tenir en principe jusqu’au lendemain… On ne peut rien régler. À la prochaine douleur, tu rappelles. Voilà.
    Et t’es sensé tenir encore 2 ans comme ça ? Quand ça fait déjà des années que tu peines comme ça ? Même en envoyant un intervenant chez toi, eux non plus n’ont pas de baguette magique. Comme là alors je suis maintenant en attente pour un suivi grâce à l’IVAC: c’est liste d’attente là aussi !!! Ils ne peuvent pas faire plus que ça. Ils essaient ! Et j’essaie ! Et j’ai un excellent médecin de famille qui a fait tout son possible…. Travailleuse sociale au même endroit aussi. Intervenants du CLSC aussi… Il n’existe rien… Que d’être sur liste d’attente… Pour des services incertains…
    Etc. Etc, car y’a pas que ça… Mais le système n’aide que le 80%. Si tu es en-dehors, y’a rien…

    Je serais curieuse de savoir combien de gens meurent/se suicident en patientant sur les listes d’attente…

    On m’a confirmé que je n’aurais pas dû subir des psychologues merdiques quqnd j’ai voulu aller chercher de l’aide, en m’expliquant que c’étaient des comportementalistes, et que ça ne s’applique tout simplement pas en-cas de maladie… C’était très clair…
    Je suis bien dans ma peau, bonne estime de soi, j’accepte bien la maladie… J’ai aucun mal-être… Juste de la douleur.
    Que personne ne semble voir ni respecter…
    Nouer une relation, créer un lien ne devient alors possible qu’en présence des circonstances « parfaites », ce qu’on me reproche comme étant de l’égo ou du perfectionnisme… Tu te suicides pour que la douleur cesse, mais ton entourage ou les gens sur ton chemin ne se réveilleront pas plus… À leurs yeux, tu te seras tué par égo, par immaturité ou autres perceptions difformes, prenant la forme de leur laideur intérieure…. Ils NE VEULENT PAS comprendre…
    Mais t’accusent TOI de ne pas vouloir entendre raison…
    Et c’est ce qu’ils disent derrière ton dos…

    Mais plus encore: la vie ne te fait pas rencontrer des gens plus respectueux pour autant… Non.
    Et la personne sur qui tu tombes dans le système peut être aussi bornée que les gens en-dehors du système, forts de leurs diagnostiques, posé avec des compétences variables… Sur ce point, je suis d’accord avec le Doc. Mailloux !

    Bref, pour ma part je retourne à mes livres (oui, chance) de méditation et de moment présent, de lâcher-prise pour tenter de décrocher…
    Mais avec le trop de méchanceté ce bas-monde, ça demeure difficile de contrebalancer le mal que les gens font…
    Qu’importe s’ils finiront par comprendre certaines choses dans 5 ans, 10 ans ou 20 ans… En c’moment, c’est ma vie qui est en jeu. Je ne fais pas de miracles !!!
    La pensée magique des favorisés, qui veut que  »la vie nous envoit toujours ce dont on a besoin pour passer à travers l’adversité » est selon-moi un frein à l’amélioration du système…
    Les politiques n’investiront pas si la population ne le demande pas…
    Mais la population ne voit pas tout ça… Ou au pire, peut blâmer la maladie mentale…
    « Quand on veut on peut »… »Aide-toi et le ciel t’aidera ! »…
    On ne peut pas avancer avec de pareilles inepties !
    On vit dans un monde rempli de gens inconscients, de gens qui croient savoir comment la vie fonctionne, qui clâment leur réussite ! Clâmant avoir tout construit de leurs propres mains, en partant de zéro !
    Alors qu’ils ont toujours bien au moins eu un comptable honnête à quelque part… Ont souvent eu au moins un mentor quelque part… Un prof, un entraîneur, un patron qui a cru en eux et leur a donne une chance… Des parents déjà dans le domaine…
    Ils ont crevé de faim, oui… Ou été battus, ou on eu ci ou ça, oui…. Mais rarement tout en même temps !! Ceux qui peinent trop n’ont pas les ressources pour se rendre aussi loin… La  »porn inspiration » nuit à tout un pan – non pas moins important – de la population, que de véhiculer que quand on veut on peut, car non, à efforts égaux, nous n’avons pas tous la même chance dans la vie… Et, non, si tu es pauvre, la vie ne te donnera pas plus une famille ou la santé…La vie n’est pas équilibre, et l’est de moins en moins… Quelle chance (ironie), la précarité touche maintenant la classe moyenne ! Ils goûtent un peu à l’adversité des défavorisés…

    Les médias ont créé la « porn inspiration », cette inspiration rapide, qui ne reflète pas tous les efforts et les découragements, ni le sang versé… Pour arriver à des fins. Cette  »porn inspiration », et cette admiration des favorisés, nuit énormément à ceux qui ne sont laissés qu’avec peu de cartes en main… Ceux-ci sont réputés avoir mauvaise attitude ! Car quand on veut, on peut
    ! Mais surtout qu’il n’y a pas de hasard… Qes meilleurs éléments gagnent…
    .
    Nous avons effectivement un système peut-être encore trop behavioriste… C’est désuet. D-É-S-U-E-T. Le comportementaliste ne s’applique pas en cas de maladie… Alors qu’il semble être le principal outil utilisé auprès des gens mal diagnostiquès ou ayant un diagnostique plus complex, ou moins évident, plus en zone grise…

    Nous sommes aussi dans une société, incluant des praticiens, qui adhère(nt) encore à l’idéologie du « pourri jusqu’à l’os », du « bad to the bone ». Dans une telle optique, la bonté, voir la beauté intérieure n’existe pas… Tout lien, toute relation est intéressée, tout acte, si bon doit-il, sert à nourrir l’égo…
    D’abord ça a été réfuté (Martin Seligman, psychologie positive), mais surtout, ça brise des âmes… Et ça déshumanise aussi les gens: la personne devant moi n’est qu’un amas de réflexes, qui lutte pour sa survie.
    ???
    Bravo…

    Répondre
  6. Joseph - 30 octobre 2019 dans 23 h 23 min

    Avec tout la merde que j’ai dans le corps,je devrais être mort,j’ai rien contre le suicide j’aimerais réusire un bon jour,la dernière fois sa a fait mal très mal, mauvaise approche.Mon doc ma dit en 2004 que j’avais pas 5 ans a vivre,méchant BSer ce doc.Donc j’ai rempli les formulaires médical pour ne pas être réanimer etc.
    Y a plus rien de possible pour moi, dans mon cas y a rien là.Cette vie a toujours été un enfer et je ne comprend pas pourquoi.
    Mais avant de passer a l’acte questionner vous vraiment,comment vous pourriez aider d’autre personnes avec vos acquis.
    J’ai été emboiter sans mon consentement,et dans ma boite il fait noir,ce n’est pas le cas de tout le monde.
    Dans certaine cultures c’est le seul moyen d’avoir une fin honorable,mais enfin ce n’est qu’une question de culture.
    Pour moi c’est pas les fêtes(question d’être seul durant ce temps de BS) Mon problème c’est plutôt l’imposibilité de travailler,
    qui me press vers la sortie.Quand té une boule noir t’est une boule noir,dats’it dats’all. Pas obliger de mettre mon post.
    Ceux qui pense que y a un dieu qui est bienveillant sortez vous ça de la tête.Ce que vous faite de vos vie vous en être responsable.Alors éviter les pièges de la vie.Et n’écouter plu le négatif de la tv,la peur pour eux c’est payant même très payant.Ce monde n’est pas ce qu’il parait être.

    Répondre

Laisser un Commentaire

Partagez53
Tweetez14
Enregistrer
+1
Partagez
67 Partages