Sida et santé mentale

Sida et santé mentale

Au Canada, on estimait le nombre de personnes infectées par le VIH/sida à 58 000 à la fin de 2005 et on estime que le nombre de personnes infectées par année a doublé depuis 2002. De plus, on estime que plus de 95 % des cas signalés d’infection à VIH et de sida proviennent des provinces suivantes : Ontario, Québec, Colombie-Britannique et Alberta. Ces quatre provinces à elles seules représentent plus de 85 % de la population du Canada.

 

40 millions de personnes infectés par le VIH/SIDA

Cet article s’inscrit dans le cadre de la journée mondiale du SIDA qui aura lieu le 1er décembre. Cette journée a pour but de vous rappeler que le VIH/SIDA nous concerne tous et que nous devons lutter collectivement pour enrayer ou, du moins, diminuer ce fléau. Dans le monde, 40 millions de gens sont infectés par le VIH et le sida : les femmes en composent les deux tiers et 2,3 millions sont des enfants. Plus de 8 000 personnes meurent du sida chaque jour, ce qui correspond à plus de cinq décès par minute. C’est ainsi que 14 millions d’enfants sont orphelins dans le monde.

 

Préserver son équilibre mental et être atteint du VIH

En fait, tous ces chiffres sont plutôt alarmants et ils m’amènent à m’interroger sur l’équilibre mental des personnes atteintes du VIH/SIDA. J’ai donc cherché à en savoir davantage sur l’impact d’une telle nouvelle. J’ai bien vite réalisé que beaucoup de tabous et de honte entourent cette maladie, bien qu’elle affecte des millions de personnes. D’ailleurs, cette honte représente un grand danger puisque les personnes infectées ne le disent pas et peuvent ainsi mettre d’autres personnes à risques.

 

Les gens qui reçoivent ce diagnostic mentionnent avoir eu comme première réaction de se dire qu’ils auraient préféré ne pas savoir. En fait, connaitre le diagnostic et les effets de la maladie permet aux gens atteints de se prendre en mains plus rapidement et d’opter pour un rythme et une hygiène de vie plus sains. Il existe d’ailleurs plusieurs organismes qui viennent en aide aux personnes infectées en leur donnant des soins, du soutien psychologique, des conseils sur l’alimentation ou autres.

 

Progrès de la médecine sur le VIH/sida

Mais rassurez-vous, actuellement, la médecine et les recherches font beaucoup de progrès et ainsi, être atteint du VIH/SIDA n’est pas synonyme de mort imminente. Bien des personnes vivent plusieurs années avant même de ressentir des effets de la maladie; tout réside dans le mode de vie sain que la personne doit adopter.

 

Est-ce que les personnes atteintes d’une maladie mentale sont plus susceptibles d’être atteintes du VIH/SIDA ?

Est-ce que les personnes atteintes d’une maladie mentale sont plus susceptibles d’être atteintes du VIH/SIDA ou est-ce que cette affection peut amener la personne à développer une maladie mentale?

 

En fait, comme vous le savez sans doute, les problèmes de santé mentale peuvent toucher tout le monde. Cependant, il semble que les personnes vivant avec le VIH sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de santé mentale. En fait, le sentiment de détresse émotive, la honte associée, le sentiment de rejet et la stigmatisation suffisent à ce qu’une personne s’isole, déprime et perde son équilibre mental.

 

Comportements à risques

De plus, les personnes souffrant d’une maladie mentale se placent parfois dans des situations plus à risque et elles courent donc le danger d’être contaminées par le VIH/SIDA. Cette contamination peut avoir lieu autant en milieu hospitalier qu’en société. C’est le plus souvent lors de contacts sexuels non protégés ou lors d’échanges de seringues que les personnes atteintes d’une maladie mentale sont contaminées. Puisque leur jugement peut parfois être altéré, elles ne réfléchiront pas nécessairement aux conséquences de leurs gestes.

 

Une bonne hygiène de vie

Comme pour la maladie mentale, il est primordial de suivre un traitement et de maintenir une bonne hygiène de vie. Cependant, c’est la personne même qui décide de ses actions. Briser l’isolement et les tabous entourant le VIH/SIDA est un premier pas dans la lutte de cette affection. Chaque personne, atteinte ou non, est donc responsable de son ouverture d’esprit face à cette maladie et ses conséquences.

 

Le 1er décembre, soyez sensible à cette cause, brisez le silence!

Leave a Reply

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez