Différencier la démence du délire

Différencier la démence du délire

La démence et le délire, étant des troubles de nature différente, sont parfois confondus vu leur ressemble phonétique. Par contre, il est important de faire la distinction entre eux afin de pouvoir accompagner adéquatement les personnes qui souffrent de ces troubles.

 

 

Qu’est-ce que la démence?

La démence est un trouble cognitif majeur consistant en un déclin graduel des facultés mentales. Elle n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un terme qui rassemble l’apparition simultanée de problèmes qui affectent la mémoire, l’orientation, le comportement, les humeurs, le langage et le potentiel intellectuel. Elle entraîne une réduction de la capacité de l’individu à s’occuper de lui-même de façon autonome, ce qui compromet, avec le temps, son indépendance de façon significative. La démence n’est pas un processus normal du vieillissement ou exclusivement réservée aux personnes âgées et elle ne constitue pas un problème temporaire à minimiser.

 

 

Qu’est-ce que le délire?

Le délire constitue un état de confusion marqué par une diminution de la capacité à comprendre et interagir avec l’environnement. Cet état survient lorsque le cerveau ne fonctionne pas adéquatement. Incidemment, à la démence, peuvent s’ajouter des épisodes de délire et même si leurs symptômes sont similaires, ce sont deux états de confusion à distinguer.

 

 

Différencier la démence du délire

Ainsi, la démence est un trouble cognitif, alors que le délire est un trouble de santé mentale. La démence s’installe progressivement au fil des années et il est difficile de déterminer le moment précis de son apparition. Le délire, lui, survient subitement, en quelques heures ou quelques jours et il est plus facile de cibler quand l’état de confusion s’est déclenché.

 

Tout comme le délire, la démence a des répercussions importantes sur le fonctionnement du cerveau, provoquant un état de confusion, ainsi que la diminution de la capacité à comprendre et à interagir avec l’environnement. Bien qu’ils présentent des similitudes, ils se distinguent par les causes, les conséquences et les traitements, d’où l’importance d’une évaluation médicale pour déterminer les meilleurs soins à préconiser.

 

 

Qu’est-ce qui cause la démence?

Bien souvent, la démence est la conséquence d’une maladie qui affecte le cerveau et elle peut se développer sur une longue période de temps avant d’être diagnostiquée. Selon le contexte, elle peut prendre différentes formes. Celle-ci peut se développer à travers les maladies telles que l’Alzheimer, le Parkinson et celle d’Huntington. Elle peut être due à une infection chronique du VIH, découler de traumatismes crâniens ou découler d’une exposition à des substances toxiques comme l’abus d’alcool ou de solvants. Puis, il existe les démences vasculaires comme la démence de corps de Lewy et la démence fronto-temporale.

 

Les causes de la démence sont encore nébuleuses, mais celle-ci n’est pas causée par des facteurs précipitants. Son développement s’échelonne sur plusieurs années et est souvent la conséquence d’une maladie qui affecte le cerveau.

 

 

Les impacts de la démence

Puisque les fonctions mentales essentielles deviennent sérieusement affectées, les impacts de la démence ont pour effet de rendre la vie au quotidien difficile, tant sur le plan intellectuel que social. Les différentes sphères cognitives touchées sont : la mémoire, la capacité à se concentrer et à rester attentif, la communication et le langage, les fonctions cognitives (ex. : planification, organisation, abstraction), la perception visuelle (fonctions visuo-motrices), le raisonnement et le jugement, et même les aptitudes sociales.

 

Ainsi, la démence peut provoquer un état de désorganisation, nuire au fonctionnement et transformer la personnalité. Elle peut s’accompagner d’anxiété, de symptômes dépressifs, de délires, d’hallucinations visuelles, de perturbation du sommeil, d’un sentiment de perte de contrôle de sa vie ou de dignité, de confusion, de suspicion, de colère et parfois engendrer des crises de violence.

 

 

Durée et réversibilité

La plupart du temps, la démence apparaît graduellement, progresse lentement et découle de maladies chroniques pour lesquelles il n’y a pas de traitement capable de renverser le déclin. Pour sa part, le délire n’est pas une maladie chronique. Habituellement, il s’agit d’un dysfonctionnement mental temporaire de courte durée (quelques heures à quelques semaines, parfois plus) qui occasionne une perturbation aiguë du raisonnement. Il est réversible et se traite généralement avec succès.

 

 

Les traitements possibles

Dans les cas de démence, il n’y a pas de traitement qui permet de retrouver les facultés cognitives perdues. Le traitement vise donc à atténuer les symptômes, la détérioration progressive des fonctions mentales ainsi que les atteintes sur le fonctionnement. Quant au délire, il se traite souvent avec succès. En identifiant les déclencheurs, en éliminant les facteurs de stress et avec l’aide de la médication, il est possible de retrouver notre état et nos facultés mentales d’avant. Ainsi, une investigation médicale pour connaître les causes des états de confusion est importante, puisque le traitement sera différent s’il s’agit d’un délire ou d’une démence.

 

 

Quoi faire quand un proche souffre de démence?

Pour réduire les frustrations, toutes les stratégies visant à aider le fonctionnement et à diminuer l’anxiété au quotidien sont les bienvenues. Malgré sa condition, cette personne devrait continuer d’être considérée comme à part entière.

 

Il est important de rester calme et rassurant, de reconnaître sa détresse et de lui offrir de l’aide, et ce, même si elle devient méfiante. Il vaut mieux lui parler lentement, s’assurer que le message est clair et simple et lui rappeler où elle se trouve et qui vous êtes. Il est préférable d’éviter de la contredire ou de la contrarier, de ne pas lui reprocher ses pertes de mémoire et, lors d’une crise, attendre que la tension diminue pour intervenir.

 

Il est envisageable de faire appel à un ergothérapeute pour sécuriser l’environnement de vie. Mais surtout, il est impératif de prendre soin de soi en tant que proche aidant et de ne pas hésiter à demander de l’aide au besoin.

 

 

Références
https://www.eugeria.ca/blog/la-demence-et-le-delirium-quelles-sont-les-differences
https://www.ciusss-capitalenationale.gouv.qc.ca/sites/default/files/guide-notions-bases-maladies-mentales.pdf
https://ampq.org/info-maladie/la-demence/
https://www.eugeria.ca/blog/la-demence-et-le-delirium-quelles-sont-les-differences
https://www.partena-ziekenfonds.be/fr/conseil-sante/conseil/qu-est-ce-que-la-demence
http://www.virtualhospice.ca/Html2PdfHandler.ashx?vlink=fr_CA-Article-Symptoms%20_%20Health%20Concerns-Confusion
http://fr.horizonnb.ca/%C3%A9tablissements-et-services/services/soutien-et-th%C3%A9rapie/r%C3%A9seau-sant%C3%A9-et-vieillissement/ressources-d’information-en-sant%C3%A9/d%C3%A9lire.aspx
https://www.alz.org/fr/quest-ce-que-la-demence.asp

Laisser un Commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
0 Partages