La pleine conscience

La pleine conscience

Aussi appelé « mindfullness », la pleine conscience est souvent référée à la capacité de faire le vide. Par contre, la réelle pleine conscience se résume à beaucoup plus que le simple fait de chasser toute pensées de son esprit. La pleine conscience est un art d’une simplicité complexe.

 

 

Qu’est-ce que la pleine conscience?

La pleine conscience, c’est l’art de cultiver une manière d’être axée sur le positif, le bonheur et l’altruisme, tout en évitant d’être envahi par nos pensées négatives. Il s’agit de porter volontairement notre attention sur le moment présent sans juger les idées qui proviennent de nos observations. C’est donc prendre conscience des pensées qui peuvent traverser notre esprit, mais sans s’y accrocher, les juger ou les analyser.

 

 

Se donner rendez-vous

La  méditation de pleine conscience c’est se donner rendez-vous avec nous-mêmes pour prendre de petites pauses, selon le psychiatre Christophe André. Il stipule que « c’est prendre le temps de s’arrêter de faire pour être ». Le verbe faire sous-entend une action « Il faut… » et crée une grande pression de performance, par exemple : « Il faut que… je travaille, paie les factures, j’aide les enfants avec leurs devoirs, fasse la vaisselle, etc. » Quant à lui, le verbe être signifie de respirer, de faire place à ce que nous ressentons, à ce qui existe en nous et de vivre l’instant présent, qu’il soit agréable ou non.

 

Or, nous croyons souvent à tort que de faire autre chose nous permet de prendre une pause et de décrocher de ce que nous faisions. Pourtant, naviguer sur les réseaux sociaux, par exemple, ne permet pas de prendre une véritable pause centrée sur soi. Il s’agit en réalité d’un moyen qui fatigue le cerveau différemment.

 

 

La méditation dépollue l’esprit

Pour reprendre le concept du Dr André, la méditation est une dépollution intérieure et une façon de nourrir l’espritAinsi, la méditation procure des bienfaits psychologiques et physiologiques prouvés et s’avère même nécessaire. Selon lui, l’esprit a besoin de trois ingrédients essentiels :  

 

1- La lenteur

La lenteur signifie de prendre son temps, de s’adonner à une activité à la fois, de prendre des pauses entre chacune d’elles, d’agir avec calme et douceur, sans stress ni presse, et de nous réserver des moments pour ne rien faire du tout.

 

2- Le calme

Le calme implique de redevenir sensible à tous les stimuli extérieurs qui nous entourent comme les bruits, la musique, les images, les écrans, la télévision, le téléphone, la radio, etc. Pour obtenir le calme, il faut se permettre d’éliminer ce qui sollicite inutilement notre attention et fuir ce qui agresse nos sens. Pour ce faire, nous pouvons fermer les yeux un instant, respirer, regarder le paysage ou encore marcher dans la nature.

 

3- La continuité

La continuité fait référence aux distractions, à tout ce qui détourne notre attention et qu’il vaut mieux éviter. Pour faire preuve de continuité, il faut résister à la tentation de consulter nos courriels, nos messages textes, notre cellulaire, l’internet et rester centré sur ce que nous faisons dans le moment présent, sans interruption. Cela implique même de se rendre non disponible, malgré les urgences possibles.

 

D’ailleurs, pour citer Dr André, « L’urgent (le travail, les courses, l’entretien de la maison, etc.) tente toujours de prendre le peu de place qu’on s’efforce de réserver à l’important (la lenteur, le calme, la continuité) ». En ce sens, la continuité signifie de savoir mettre de côté l’urgent pour laisser un espace à l’important sans interruption.

 

 

Les bienfaits de la méditation pleine conscience

La méditation pleine conscience procure des bienfaits à différents niveaux. Elle a des effets antistress et antidépresseurs, améliore la concentration et stimule le système immunitaire. Elle permet d’apprendre à nous détendre, à relaxer notre corps et à nous émerveiller devant les petites choses de la vie. Grâce à elle, nous pouvons apprendre à mieux nous connaître, développer de la compassion envers nous-mêmes et accéder à une paix intérieure.

 

Elle permet de prendre du recul et d’ainsi agir différemment au lieu de réagir impulsivement sous le coup des émotions. Elle est aussi d’un grand secours pour nous aider à avancer vers l’acceptation et le lâcher-prise lorsque nous traversons des épreuves et des souffrances.

 

 

Une pratique simple et exigeante

Il y a un début à tout! Cette pratique se veut simple et exigeante. Et vaut mieux l’exercer régulièrement pour arriver à bien la maîtriser. Cela peut se faire debout, assis, en marchant, les yeux ouverts ou fermés, en silence ou en répétant un mantra, concentré sur une image ou sur notre respiration. Tous les contextes sont opportuns, même en file à la caisse de l’épicerie.

 

 

Se reconnecter

L’idée est de nous connecter sur nous-mêmes, prendre conscience de ce que nous faisons, ramener notre attention dans le moment présent et l’habiter au lieu de le remplir. Par exemple, nous pouvons nous accorder une pause pour regarder par la fenêtre pendant une tâche ou avant d’en entreprendre une nouvelle. La pleine conscience implique d’être conscient de nous, des autres et de notre environnement, puis d’accueillir nos pensées, nos émotions et nos sensations en restant neutre et en évitant de tomber dans le jugement et de nous éparpiller.

 

 

Méditer en pleine conscience

Voici un mode d’emploi en quatre étapes afin de méditer en pleine conscience :

 

1- Notre respiration :

Pendre conscience de notre corps, de notre respiration et y porter notre attention.

 

2- Nos pensées :

Observer nos pensées. Simplement les constater en évitant de les combattre et de nous laisser captiver par elles. Les accueillir tout en exerçant un lâcher-prise.

 

3- Nos émotions :

Observer nos émotions, apprendre à les identifier, à les nommer. Suivre leur évolution sans chercher à les contrôler, les juger ou les analyser. Au lieu de réagir sous le coup de l’émotion, constater ce que nous ressentons. Par exemple, accueillir la souffrance plutôt que de la contenir ou de la chasser.

 

4- Nos sens :

Porter attention aux sensations, à ce que chacun de nos sens perçoit. C’est un moyen infaillible pour nous ramener dans le moment présent. Par exemple, en mangeant, nous attarder aux textures, aux odeurs, aux saveurs, aux couleurs.

 

 

Une pratique accessible

Cette pratique est accessible, ses bienfaits sont nombreux, spécialement avec un petit mode d’emploi en 4 étapes. Ainsi, il devient encore plus facile et concret de s’y initier. La méditation s’avère très bénéfique pour se connecter sur soi, mieux se connaître et ensuite faire respecter ses besoins, s’affirmer et mettre ses limites. Et alors ? Pratiquez-vous déjà la pleine conscience sans le savoir?

 

 

 

Références:

  1. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=meditation-de-pleine-conscience-qu-est-ce-que-la-meditation-de-pleine-conscience-
  2. http://www.psychologies.com/Culture/Spiritualites/Meditation/Interviews/Vivre-en-pleine-conscience
  3. http://xn--matransformationintrieure-tic.fr/pollution-de-lesprit/

 

 

Article rédigé par Annik Lefebvre

Laisser un Commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
0 Partages