Le conseil de famille: Un outil à explorer

Le conseil de famille: Un outil à explorer

Que veut dire le vocable conseil de famille? Le petit Larousse le désigne comme : « une assemblée des parents, présidée par le juge de tutelles, pour délibérer sur les intérêts d’un mineur ou d’un majeur en tutelle ».

Ceci est une définition de droit. Nous, dans cet article, allons appeler conseil de famille :  » une assemblée de parents ou des membres de l’entourage qui se réunissent afin de trouver des solutions dans une situation conflictuelle dans l’intérêt de tout le monde. Des gens qui cherchent une solution gagnant-gagnant ».

Prendre une décision en famille

Un conseil de famille n’est pas mis sur pied exclusivement pour que la famille soit prête à toute éventualité. Il peut tout simplement être un prétexte pour dire aux autres membres de la famille qu’au lieu de prendre une décision unilatérale, nous préférons consulter tous les membres de la famille.

Le message qu’on envoie aux autres est :

« nous sommes tous utiles, notre opinion compte, nous sommes importants aux yeux des autres, nous faisons partie de la solution ».

En fait, c’est peut-être un petit geste mais rempli de sens.

Dans la vie, nous sommes appelés à prendre une multitude de décisions. Elles peuvent être banales dans le genre : « Avec quoi je m’habille aujourd’hui? Elles peuvent n’est pas l’être aussi : Est-ce que je fais appel à une ordonnance de la cour pour hospitaliser mon proche atteint?

Prendre des décisions en situation de crise

Lorsque nous sommes appelés à prendre une décision drastique qui risque de nous mettre dans tous nos états, il est préférable d’être préparés. Vous me direz qu’on n’est jamais prêt à prendre ce genre de décisions. J’en conviens! « On fait appel à une ordonnance quand on n’a plus le choix ». « Parfois ça ne marche même pas comme on le voudrait ».

Toutefois, si auparavant nous avons pris le temps de discuter en famille et que nous sommes conscients qu’on risque de vivre de telles situations, nous devons alors nous préparer à toute éventualité. On sera sûrement sentimentalement à l’envers, mais il y a bien des chances que nous ayons, par la même occasion, empêché que la situation ne dégénère.

Le conseil de famille lorsqu’une personne est atteinte de maladie

Chaque membre d’une famille touchée par la maladie mentale vit la situation à sa manière. Souvent bien différente de ce qu’on pourrait l’imaginer. L’un peut se sentir comme une victime délaissée ou tout simplement irrité par la situation. L’autre peut se sentir trahi ou déprimé. Alors comme parents, nous devons favoriser ou créer des occasions ou des moments choisis spécifiquement pour permettre aux différents membres de la famille de s’exprimer. Cela permet entre autres de ne pas accumuler des frustrations qui finissent par aboutir à des sentiments de tyrannie : « Je le hais mon frère ».

La mise sur pied d’un conseil de famille est dans le but de trouver des solutions satisfaisantes pour tout le monde. Il nous permet non seulement d’éviter des malentendus mais aussi d’en empêcher que des situations dégénèrent. Le conseil de famille permet de se sentir soutenu dans l’application d’une décision. Il permet également d’avoir différents points de vue, plus d’options, plus de choix et nous ouvre la possibilité de prendre une décision beaucoup plus éclairée.

Êtes-vous inquiet par rapport à l’état de santé de votre proche atteint? Ressentez-vous que bientôt, vous serez appelé à prendre une décision le concernant? Que d’autre membres de votre famille et amis sont aussi inquiets par la situation et qu’ils ont le gout de s’impliquer?

C’est peut-être le moment d’organiser un conseil de famille. N’oubliez pas que c’est une occasion pour évaluer les besoins de la personne, de partager les responsabilités et de discuter sur la solution la plus satisfaisante pour tout le monde.

Éléments à prendre en considération avant de former un conseil de famille

  1. Si possible, sensibiliser la personne atteinte vis-à-vis vos intentions.
  2. Tenir compte de tous les membres de la famille et amis de la personne qui sont prêts à s’investir.
  3. Préciser le lieu, l’heure et la date qui conviennent à tout le monde.
  4. Rédiger une liste avec les thèmes à discuter. Une sorte d’ordre du jour.
  5. Ces thèmes peuvent être tels que : refus de prendre sa médication, gaspillage d’argent, être sans emploi, vivre dans un appartement supervisé, avoir des hallucinations, mandat d’inaptitude, ordonnance, etc.
  6. Éviter de surcharger l’ordre du jour.
  7. Ramassez toute information utile ou pertinente à cet effet.
  8. Envisagez la possibilité de vous faire accompagner par un professionnel pour faciliter le déroulement de la rencontre.

Éléments à tenir compte lors de la réunion

  1. Vous assurer que chaque personne soit assise confortablement et puisse voir et entendre tout le monde.
  2. Commencez la réunion en souhaitant la bienvenue à tout le monde.
  3. Élire quelqu’un qui prendra note de toutes les décisions prises lors de la rencontre (une sorte de procès verbal).
  4. Aborder les questions par ordre de priorité afin que les gens puissent prêter toute l’attention nécessaire.
  5. Vous assurer de faire le tour de la question avant de passer à un autre point.
  6. Dresser une liste de thèmes qui n’ont pas été discutés et qui seront à l’ordre du jour lors de la prochaine réunion.
  7. Préciser le plus clairement possible qui fait quoi? Compter également sur un plan « B » si le premier ne fonctionne pas.
  8. Faire un résumé de la discussion et vous assurer de nommer toutes les décisions prises.
  9. Nommer une personne en charge de faire le lien avec les personnes absentes à la rencontre pour que tout le monde soit au courant.
  10. Si nécessaire prendre le temps de planifier une autre rencontre si nécessaire.

D’autres éléments utiles

  1. Écouter avec respect et faire preuve d’ouverture d’esprit pour accepter les différents points de vue.
  2. Écouter la personne atteinte. Être clair et direct lors que vous parlez avec elle.
  3. Lui permettre de prendre le temps nécessaire pour s’exprimer.
  4. Utiliser le « je » pour exprimer vos besoins, sentiments et inquiétudes.
  5. Éviter de couper la parole et d’être distrait par tout téléphone cellulaire, radio ou télévision.
  6. Vous concentrer sur la tâche ou nommer quelqu’un qui se chargera de ramener les gens à l’ordre.
  7. Éviter tout jugement.
  8. Vous assurer que tout le monde a pris le temps de s’exprimer.
  9. Éviter de prendre des choses pour acquis. Poser des questions si vous ne comprenez pas tout à fait la question débattue.
  10. Ne jamais oublier que votre proche atteint a le droit et la responsabilité des prendre ses propres décisions.

Laisser un Commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
0 Partages