Le syndrome de stress post-traumatique

Le syndrome de stress post-traumatique

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) désigne une réaction psychologique à un évènement traumatique intense, surtout quand la vie est menacée. La réaction immédiate à l’évènement doit s’être traduite par une peur intense, un sentiment d’impuissance ou un sentiment d’horreur.

 

Qui peut être affecté par le SSPT ?

Ce trouble peut affecter n’importe qui d’entre nous, peu importe l’âge, le sexe ou le milieu culturel. Il apparaît généralement dans les trois mois qui suivent l’incident. Dans la plupart des cas, les symptômes s’estompent ou disparaissent après quelques mois, surtout quand la personne bénéficie d’un soutien adapté.

 

Dans d’autres cas malheureusement, les symptômes vont avoir des répercussions indésirables sur la vie de l’individu, et ce, possiblement jusqu’à la fin de ses jours. L’intensité des symptômes peuvent varier en intensité : il peut y avoir absence de symptômes pendant plusieurs années, puis un évènement stressant va réactiver le syndrome. D’ailleurs, dans une minorité de cas, les symptômes de SSPT peuvent n’apparaitre que plusieurs mois, voire des années après le vécu traumatique.

 

Comment évaluer la gravité d’un SSPT ?

On ne peut pas juger un traumatisme par le degré de gravité de l’évènement seulement. La personne qui le vit est l’échelle la plus juste. On se fiera sur la façon dont la personne a vécu l’évènement pour évaluer son traumatisme. Par exemple, une personne pourra se remettre d’un léger accident de voiture rapidement et il ne restera qu’un mauvais souvenir; une autre personne qui se trouvait dans le même accident aura une toute autre impression de l’évènement et ne pourra plus jamais mettre les pieds dans une voiture. Les évènements traumatiques peuvent être d’origine humaine (abus sexuels, violence psychologique ou physique, témoins ou victimes d’accidents, etc.) ou provenir de phénomènes naturels (ouragans, tremblements de terre, etc.).

 

Trois types de symptômes de syndrome de stress post-traumatique

 

Symptômes intrusifs

La personne a l’impression de vivre et de revivre l’événement traumatisant. Elle est envahie par le souvenir des bruits, des odeurs, des sensations. Les cauchemars sont répétitifs, et plongent le sujet dans une réalité très angoissante. Ces symptômes intrusifs provoquent chez la personne une détresse intense, dans laquelle les émotions se mêlent entre la colère, la peur, la culpabilité, et/ou le chagrin.

 

Symptômes d’évitement

le souvenir de l’évènement traumatisant engendre une détresse profonde. Certains auront tendance à éviter tout ce qui pourrait rappeler l’évènement, de loin ou de près. En effet, ce n’est pas seulement l’évènement en soi mais ce qu’on a fait, pensé ou ressenti pendant cet évènement qui reste gravé. Ainsi, les proches peuvent être associés à l’évènement traumatisant, même s’ils n’étaient pas présents. Il est possible que la personne victime ou témoin ait eu une pensée pour eux dans ce moment critique.

 

Les émotions, les personnes, des comportements, pourront être associés à vie à l’évènement, que certains tenteront le plus possible d’écarter pour ne pas avoir à le revivre. Donc, non seulement il y a évitement mais il y a aussi une insensibilité émotionnelle qui peut s’installer. Comme une incapacité à éprouver des émotions. Le sujet veut éviter toute situation qui peut engendrer des émotions fortes, comme une dispute. Ces comportements sont un moyen plus ou moins conscient de survivre à l’horreur qui a été vécue. C’est pourquoi les proches des soldats qui reviennent de la guerre par exemple affirment souvent qu’ils ne reconnaissent plus leur proche. À court terme, l’évitement peut aider la personne à se remettre sur pied. Mais rapidement, l’évitement entraine l’isolement, le manque de motivation et un état dépressif.

 

Symptôme d’hyperéveil

L’évènement traumatisant est souvent lié à l’impression qu’on allait perdre la vie. La confiance en la vie est ébranlée. Toutes les certitudes sont remises en cause, plus rien n’est sûr. Pour ne pas se retrouver dans une situation de danger semblable, la personne sera aux aguets. Mieux vaut prévenir que guérir. Cette approche met donc le sujet en constante alerte, ce qui est épuisant nerveusement, physiquement et psychologiquement.

 

Conséquences du syndrome de stress post-traumatique sur la famille

Tous ces symptômes sont une manière de composer avec des évènements particulièrement pénibles. Mais il va sans dire que le SSPT peut avoir une incidence directe sur la qualité des relations dans la famille et au travail. De plus, il existe des problèmes plus couramment associés au SSPT tels que la dépression, l’angoisse, l’anxiété et l’abus d’alcool ou de drogues.

 

Est-ce qu’un enfant peut souffrir de syndrome de stress post-traumatique (SSPT)?

Les enfants aussi peuvent souffrir de SSPT, suite à une agression sexuelle, un accident, un désastre naturel ou au décès d’un proche. Les manifestations sont sensiblement les mêmes que pour celles présentes chez l’adulte.

 

Existe t’il un traitement pour guérir du SSPT ?

En ce qui concerne le traitement, pour les enfants on pourra privilégier des thérapies collectives dans lesquelles les enfants sont rassurés d’être parmi d’autres enfants. Les médicaments, eux, peuvent contrôler les symptômes associés au SSPT, comme l’anxiété, l’insomnie, la dépression[2], etc. Plus l’enfant est entouré, écouté et encouragé à partager ses émotions, plus il retrouvera un mode de vie normal.

 

Le syndrome de stress post-traumatique est relativement peu étudié. Les conséquences à long terme sur la victime et son entourage sont pourtant souvent dévastatrices. Pour l’entourage, il est souvent très difficile de comprendre ce que l’autre a vécu, et il a donc peu accès à la détresse de la victime. Comment pénétrer dans un monde dont la victime elle-même se coupe?

 

Parfois, les symptômes ne sont pas reconnus comme étant des symptômes de stress post-traumatiques, donc la prise en charge n’est pas tout à fait adaptée. Cependant, lorsque le traitement est bien ciblé, la situation se stabilise. De 50 à 65 % environ de ceux ayant vécu un traumatisme se rétabliront pendant la première année. Autour de 10 à 20 % d’entre eux seront frappés d’incapacité pendant plusieurs années. Mais, avec du temps, du soutien pour la victime et son entourage et de la confiance, un rétablissement est possible.

 

Sources :

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9vrose_traumatique

(2) http://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/le-syndrome-de-stress-post-traumatique-chez-les-enfants-718-3-16.html

3 thoughts on “Le syndrome de stress post-traumatique

  1. catherine - 24 juillet 2017 dans 17 h 00 min

    bonjour a tous … mon STress post traumatique me cause des probleme ….Jai des gros probleme de cauchemars depuis des annees ..de mes traumatisme … je sais plus quoi faire avec ca,…. 🙁 jai pris plusieur sorte de medicament et jen prend encore mais rien regle mes nuits enfer … je suis epuiser a boute …a fleur de peau.. jdort mal et meme insomnie et passe mon temps a me reveiller sur le choc en pleurant …. 🙁 aider moi quelqu un je vais voir mon psyquitre biento mais je sais plus quoi lui dire pour regler ca….
    je souffre enormement … incapable de conduire le matin ou de dormir si prend pas medicament mais ce qui ne change pas du tout que je fais tjs des cauchemars sen arret,,,, merci de maider … !!! je fais de lanxiete chronique tpL trouble alimentation stress post traumatique etc….. je suis de mirabel quebec

    Répondre
    • Anonyme - 24 janvier 2018 dans 4 h 48 min

      Le cannabis medical m’a bcp aidé après avoir vu deux de mes amis mourir devant mes yeux à essayer de les sauver.. Un brulé vif et l’autre noyé.. Plus rien n’allait.. Maintenant je suis capable de mieu dealer avec tout ça.. Bon courage à toi.

      Répondre

Laisser un Commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
0 Partages