Maintenir une relation amoureuse avec une personne TPL

Maintenir une relation amoureuse avec une personne TPL

 

Pouvant parfois réagir de façon intense et explosive, ce peut être un défi de maintenir une relation amoureuse stable et à long terme avec une personne ayant un trouble de la personnalité limite (TPL). De plus, avoir une telle personnalité peut attirer d’autres individus ayant des comportements similaires, menant parfois à des relations malsaines où certaines formes de violence priment sur la bonne communication. Toutefois, il est important de souligner que l’amour n’est pas moins possible chez les personnes ayant un TPL : l’amour est accessible à tous et n’est pas une question de santé mentale.

 

 

Apprendre à danser le tango

Caroline Lafond l’a souligné lors d’une conférence à l’ALPABEM; être en relation de couple avec une personne ayant un TPL s’apparente à danser un tango avec quelqu’un qui a des pieds hypersensibles. Les mouvements de chacun des partenaires ont un impact sur l’autre et sur l’ensemble de la danse. En effet, nous ne pouvons décider quel sera le prochain mouvement de notre partenaire, mais pouvons contrôler ce que nous allons faire. Ainsi, le seul lieu où nous avons du pouvoir est sur nos actions. 

 

 

4 moyens pour favoriser une relation avec un TPL

En ce sens, voici 4 moyens afin de favoriser l’harmonie dans une relation avec un partenaire atteint d’un trouble de santé mentale :

 

 

Désamorcer

Pour commencer, l’outil le plus puissant est de désamorcer les situations. Toutefois, quand la situation nous submerge et que les comportements de l’autre viennent nous faire vivre des émotions intenses et difficiles à contrôler, il faut s’abriter d’un imperméable psychologique. Ceci signifie de tenter de se protéger en ne se laissant pas affecter par les comportements de l’autre en plus d’avoir des comportements calmant la situation.

 

Alors, comment désamorcer? Tout d’abord, en validant les émotions vécues par l’autre, en lui reflétant que l’on comprend qu’elle puisse vivre telle ou telle émotion. Toutefois, il faut nuancer : comprendre l’émotion vécue ne veut pas dire valider les agissements qui dépassent nos limites, par exemple, des comportements violents. Essayez de garder en tête que la personne vit une émotion intense, difficilement contrôlable et que la première étape pour établir une communication avec l’autre est de lui faire sentir qu’elle est entendue et comprise. Pensez au soulagement ressenti lorsque l’on vit une émotion intense, que nous sommes compris, sans se faire dire que notre émotion est inadéquate ou plutôt quelle émotion l’on devrait ressentir à la place. Au contraire, lorsque l’émotion est invalidée, la personne redoublera d’efforts pour nous faire comprendre que ce qu’elle ressent est important en augmentant l’intensité de celle-ci.

 

 

S’outiller

Le deuxième moyen consiste à s’outiller pour être préparé aux situation conflictuelles. Une procédure très spécifique en cas de conflit peut être établie à deux. Vous pouvez vous munir d’un mot spécifique ( « time out », « pause ») et lorsque prononcé, s’amorce un arrêt temporaire, un trêve de la communication. Cette trêve a pour but de se calmer et de réfléchir chacun de son côté. Cela évitera que la situation escalade et d’exprimer des choses qui dépassent votre pensée. Pour diminuer l’anxiété, il est possible de déterminer à l’avance le meilleur moment pour en reparler, soit dans 10 minutes, dans une heure ou même le lendemain matin.

 

 

L’amour est accessible à tous et n’est pas une question de santé mentale.Click to Tweet

 

 

 

Responsabiliser

Le troisième outil proposé est de responsabiliser son partenaire amoureux. Cessez de vouloir protéger l’autre à tout prix! Ce dernier est responsable de ses actes et c’est en se rendant compte et en expérimentant les conséquences de ses actes qu’il sera à même d’avoir des prises de conscience. Tenter de protéger l’autre crée, dans le couple, un rapport de pouvoir, semblable à celui d’un parent avec son enfant.

 

Croyez-vous que cela est viable à long terme? Non, puisque cela mène à de la frustration et l’impression d’être invalidé. Dans le couple, vous devriez vous sentir égalitaire et non dans un rapport de pouvoir. Ce qui veut dire d’être bienveillant et offrir du soutien à son partenaire, sans toutefois prendre sa vie en charge.

 

 

Encourager

Le quatrième outil est d’encourager la personne en lui faisant sentir que ses efforts sont perçus, reconnus et appréciés. Retenez que ce n’est pas tous les efforts qui résultent en une réussite immédiate. Il est possible que la personne tente de mettre un changement en place, mais éprouve de la difficulté à tout changer du jour au lendemain. Reconnaissez aussi que cela en demande beaucoup et mérite d’être souligné.

 

Aussi, lorsque vous désirez partager votre appréciation, il est préférable d’y aller avec un renforcement positif plutôt que négatif. Ainsi, au lieu de dire « Je n’aime pas quand tu cris. », dites plutôt « J’ai vraiment apprécié que tu t’efforces de me parler calmement l’autre jour même si tu étais très irritée. »

 

 

Un défi surmontable

Lorsqu’on est en amour avec une personne ayant un TPL, on peut rencontrer de nombreux défis, mais, comme dans toutes relations amoureuses, c’est l’amour qui est central et nous motive à travailler sur nous. Pour finir, voici en rafale, quelques précieux conseils offerts par Caroline Lafond lors de son passage à l’ALPABEM pour les personnes qui sont en relation amoureuse avec une personne ayant un TPL.

 

  • Bien s’entourer (de ressources, d’amis et de sa famille);
  • Oser demander de l’aide;
  • Passer à l’action (même si on peut se sentir coupable et honteux);
  • Prendre soin de soi;
  • Se ressourcer;
  • Se préparer en fonction de nos besoins, si jamais on décide de quitter la relation.

 

 

Par Myriame Mallais, stagiaire en sexologie

Laisser un Commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
0 Partages