Maladie mentale ou maladie physique ?

Maladie mentale ou maladie physique ?

 

Quel diagnostic vous vient à l’esprit si une femme présente les symptômes suivants suite à son accouchement : irritabilité, fatigue, tristesse, pleurs fréquents, manque de motivation, perte d’intérêt, nervosité ? Un diagnostic de maladie mentale ou maladie physique?

 

Exclure les causes physiques

Comme la plupart des gens, vous penserez, à tort ou à raison, à une dépression post-partum. Avant de diagnostiquer une maladie mentale, les médecins vont d’abord exclure les causes physiques probables qui pourraient expliquer l’état du patient. Ce faisant, l’une des causes physiques à éliminer, lorsque nous parlons de dépression, est une hypothyroïdie. La thyroïde agit comme un régulateur de l’ensemble des fonctions de l’organisme. Lorsqu’elle fonctionne mal, elle entraîne ce que l’on appelle de l’hyperthyroïdie ou de l’hypothyroïdie.

Voici la liste des symptômes associés à l’hypothyroïdie selon la Fondation canadienne de la thyroïde.

 

Hypothyroïdie :

• Battements cardiaques faibles ou lents ;

• Faiblesse musculaire et fatigue constante ;

• Sensibilité au froid ;

• Peau épaisse et gonflée ;

• Ralentissement des processus mentaux et troubles de la mémoire;

• Constipation ;

• Goitre (augmentation de la taille de la thyroïde).

 

Hyperthyroïdie

• Battements cardiaques forts et rapides

• Tremblements

• Faiblesse musculaire

• Perte de poids malgré une augmentation de l’appétit

• Agitation, anxiété et insomnie

• Transpiration abondante et intolérance à la chaleur

• Diarrhée

• Changements oculaires

• Goitre (augmentation de la taille de la thyroïde)

 

Chaque personne vit la maladie thyroïdienne de façon différente, selon le nombre de facteurs en cause. Un patient ne présentera pas nécessairement tous les symptômes énumérés précédemment et d’autres personnes pourraient même présenter ces symptômes sans toutefois être atteintes de maladie thyroïdienne. Si on soupçonne une maladie thyroïdienne, il faut consulter un médecin.

 

Les aspects émotionnels des maladies thyroïdiennes

Un autre symptôme important lié à cette maladie est le bouleversement émotionnel. En effet, les personnes atteintes d’hypothyroïdie peuvent, de leur côté, ressentir une fatigue ou un état dépressif inhabituels. Il est important que les patients et leur famille sachent que ces réactions sont fréquentes et qu’elles disparaissent habituellement avec le traitement.

 

Confusion avec les troubles de l’humeur

Ceci est très important lorsqu’un diagnostic de maladie mentale est envisagé puisqu’on peut confondre ces symptômes avec des troubles de l’humeur. Comme les symptômes peuvent être difficiles à déceler au début, des réactions émotionnelles ou comportementales subtiles pourraient être les seuls signes visibles des troubles thyroïdiens.

 

Thyroïdite post-partum

Les scientifiques ont découvert une prévalence importante de ce trouble chez les femmes ayant accouché récemment. Cette forme se nomme thyroïdite post-partum et elle serait présente chez 8 à 10 % des femmes. On estime d’autre part que la dépression post-partum se manifeste dans une proportion de 3 à 20 % après un accouchement.

 

Symptômes de la dépression post-partum

Selon l’Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal, les femmes qui en sont atteintes éprouvent les symptômes suivants : découragement, tendance à pleurer constamment, sentiment de ne pas être à la hauteur, culpabilité, anxiété, irritabilité et fatigue. Les symptômes physiques comprennent : des maux de tête, un engourdissement, des douleurs thoraciques et de l’hyperventilation.

 

La période post-natale n’est pas une période toujours rose, le manque de sommeil peut affecter notre humeur et la période d’adaptation peut être plus ou moins facile. Si vous vous questionnez sur votre état de santé ou sur celle d’un proche, n’hésitez pas à consulter les professionnels de la santé, ils sauront vous rassurer ou vous guider vers les meilleurs ressources ou traitements.

 

Distinguer pour mieux traiter

La ressemblance des symptômes étant frappante, il est important de faire la distinction entre les deux maladies afin d’appliquer le bon traitement. Il est donc nécessaire d’effectuer des examens pour éliminer la possibilité d’une thyroïdite post-partum avant de conclure à une dépression post-partum. Bref, étant maintenant sensibilisé à la possibilité de ces deux diagnostics, ceci pourrait permettre une meilleure efficacité pour poser un diagnostic.

 

 

Références :

Fondation canadienne de la thyroïde, https://thyroid.ca/maladie-de-la-thyroide/?lang=fr

Fondation canadienne de la thyroïde, https://thyroid.ca/materiel-de-ressource/information-sur-la-maladie-thyroidienne/https-thyroid-ca-materiel-de-ressource-information-sur-la-maladie-thyroidienne-les-maladies-thyroidiennes-les-faits-langfr/?lang=fr#hypo

Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal, http://www.iusmm.ca/sante-mentale/depression-post-partum.html

http://www.lepsychologue.org/articles/depression-8-post-partum.php

Leave a Reply

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez