Trouble de personnalité limite (borderline) 101

Trouble de personnalité limite (borderline) 101

Qu’est-ce qu’un trouble de personnalité limite? Pour le savoir, il faudrait répondre avant tout à une première question: qu’est ce que la personnalité? 

 

Nous avons tous une personnalité, des traits qui nous distinguent des autres. Notre personnalité explique nos façons de réagir face aux autres, à notre environnement ou face à nous-mêmes. Les situations vécues tous les jours sont aussi filtrées par ces différents traits et nous permettront de l’est interprétés.

 

Notre personnalité prend forme dès notre naissance. Elle peut être influencée par des événements, par notre éducation ou notre milieu. À la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, certains individus verront leur niveau de fonctionnement s’affaiblir. Une souffrance énorme, un sentiment de vide intense et tous les moyens destructeurs que ces gens utilisent pour faire diminuer cette douleur résument le quotidien d’une personne «borderline » ou communément appelé: Trouble de personnalité limite (TPL).

 

Définition du trouble de personnalité limite

Le trouble de personnalité limite est un mode général d’instabilité de l’image de soi, des relations interpersonnelles et de l’humeur. Ce trouble apparaît habituellement au début de l’âge adulte et toucherait plus de femmes que d’hommes. Les symptômes sont très variés et peuvent aller jusqu’à la psychose.

 

Les caractéristiques du trouble de personnalité limite s’expriment dans quatre sphères

 

LES RAPPORTS INTERPERSONNELS

L’aspect relationnel en est un déficient chez les borderline. Les personnes atteintes ont une immense carence affective. Ils ont peur du rejet, mais le suscitent. Ils repousseront les gens qui entretiennent de bonnes relations avec eux pour éviter l’abandon, pour réagir à un refus ou pour mesurer les limites. Cependant, si l’individu s’éloigne ils auront sans doute une réaction démesurée se sentant repoussée. Ils n’ont aucune autocritique et se voient comme une victime dans les situations conflictuelles.
Les relations interpersonnelles sont habituellement instables et intenses. Elles peuvent être caractérisées par l’alternance d’idéalisation et de dévalorisation excessives. La personne atteinte du trouble de personnalité limite a du mal à supporter la solitude et fait des efforts effrénés pour éviter les abandons réels ou imaginés.

 

LES ÉMOTIONS

L’instabilité et l’irritabilité sont aussi des caractéristiques importantes liées à ce trouble. Elles sont très présentes au niveau de l’humeur, pouvant passer du fou rire à la colère, du bonheur à la dépression. Ces personnes sont donc difficiles à comprendre pour les gens de l’entourage. Ils réagissent spontanément à leurs émotions et sont incapables de les gérer ni de nuancer les événements. Ils sont aussi très impulsifs, ils agissent automatiquement sans penser aux conséquences, leur seule motivation est de faire diminuer la douleur qu’ils ressentent.

 

Une instabilité affective est courante. Elle peut se manifester sous la forme de changements marqués de l’humeur. Le passage d’une humeur habituelle à la dépression, à l’irritabilité ou à l’anxiété est habituellement de quelques heures et rarement plus de quelques jours, contrairement au trouble bipolaire.

 

L’IDENTITÉ

L’image que ces individus ont d’eux-mêmes, est souvent biaisée. Ils ont une pauvre estime d’eux-mêmes. Pour augmenter leur confiance, ils tenteront plusieurs moyens. Ils pourront se donner une identité différente dépendamment de l’interlocuteur (ainsi, ils pourront s’inventer des réussites pour se valoriser) ou rabaisser les autres pour se sentir supérieurs.

 

Une perturbation marquée et persistante de l’identité est presque toujours présente. Elle est souvent diffuse et caractérisée par une incertitude concernant plusieurs questions fondamentales comme l’image de soi-même, l’orientation sexuelle, les objectifs à long terme, les choix de carrière, le choix des amis ou l’adoption d’un système de valeurs.

 

L’IMPULSIVITÉ

Il est aussi essentiel de souligner que bon nombre des personnes qui souffrent d’un trouble de personnalité limites se retrouvent aux prises avec d’autres problématiques importantes. Les troubles alimentaire (généralement boulimie), abus de drogue ou d’alcool, conduite dangereuse, sexualité à risque, etc. sont des exemples de problématique qui peuvent se manifester.

 

La personne atteinte a tendance à être impulsive, particulièrement dans les activités comportant des dangers pour elle-même, tels que des achats inconsidérés, un abus de drogues ou d’alcool, une conduite automobile dangereuse.

 

Gestes suicidaires ou automutilation

La répétition de menaces, de gestes ou de conduites suicidaires ou automutilatoires est courante dans les formes les plus sévères du trouble. Ce comportement peut être perçu comme « manipulatoire » pour la famille,  et il résulte d’une colère intense ou constituer une réaction à une apathie.

 

Les idées ou gestes suicidaires, et l’automutilation sont les principales causes d’hospitalisation chez les gens souffrants du trouble de personnalité limites. Souvent perçus comme étant des menaces, ces appels à l’aide doivent être pris au sérieux, car entre 10 % et 15 % des personnes atteintes s’enlèveront la vie.

 

Trouble de personnalité  limite, la cause ?

Il n’y aurait pas de cause biologique ou héréditaire, mais ce serait plutôt d’ordre psychologique et social. La vie de la personne atteinte du trouble de personnalité limite peut être ponctuée de plusieurs hospitalisations dues à la fréquence de ces comportements autodestructeurs qui tendent cependant à s’atténuer avec les années.

 

Les hypothèses quant à la cause d’un trouble de personnalité limite sont nombreuses et quelques fois contradictoires. Cependant, on peut affirmer que les événements survenus au cours de l’enfance et au début de l’adolescence peuvent influencer le développement d’une personnalité borderline.

 

Comment « guérir » du trouble de personnalité limite ?

L’acceptation et la volonté de retrouver un mode de fonctionnement adéquat sont des facteurs importants de mieux-être. Sans thérapie, ce trouble peut céder la place à d’autres problèmes, comme l’alcoolisme ou la dépression. Une psychothérapie comportementale est efficace. Certains médicaments peuvent aussi être utiles afin de diminuer l’anxiété et contrôler les épisodes psychotiques. Pharmacologie et psychothérapie conjuguées ensemble mettent toutes les chances du même côté.

 

Quelques statistiques sur le trouble de personnalité limite

  • 1 % à 2 % de la population ont développé un trouble de personnalité limite.
  • 30 % à 60 % des troubles de la personnalité sont des borderline.
  • 75 % sont des femmes.
  • Près l’âge de 40 ans, 75% des personnes atteintes ne répondent plus aux critères diagnostiques.
  • 78 % des personnes hospitalisées pour trouble de personnalité limite ont entre 15 et 44 ans.

 

Définition du trouble de personnalité limite selon le DSM-IV

Mode général d’instabilité des relations interpersonnelles, de l’image de soi et des affects avec une impulsivité marquée, qui apparaît au début de l’âge adulte et est présent dans des contextes divers, comme en témoignent au moins cinq des manifestations suivantes :

  1. Efforts effrénés pour éviter les abandons réels ou imaginés;
  2. Mode de relations interpersonnelles instables et intenses caractérisées par l’alternance entre les positions extrêmes d’idéalisation excessive et de dévalorisation;
  3. Perturbation de l’identité : instabilité marquée et persistante de l’image ou de la notion de soi;
  4. Impulsivité dans au moins deux domaines potentiellement dommageables pour le sujet (exemples : dépenses, sexualité, toxicomanie, conduite automobile dangereuse, crises de boulimie);
  5. Répétition de comportements, de gestes ou de menaces suicidaires ou d’automutilations;
  6. Instabilité affective due à une réactivité marquée de l’humeur (exemple : dysphorie épisodique intense, irritabilité ou anxiété durant habituellement quelques heures et rarement plus de quelques jours);
  7. Sentiments chroniques de vide;
  8. Colères intenses et inappropriées ou difficulté à contrôler sa colère (exemples : fréquentes manifestations de mauvaise humeur, colère constante ou bagarres répétées);
  9. Survenue transitoire dans des situations de stress d’une idéation persécutoire ou de symptômes dissociatifs sévères;

 

Référence

American Psychiatric association, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Traduction française, Paris, Masson, 1996, 1056p

www.carrefourtpl.com

One thought on “Trouble de personnalité limite (borderline) 101

Laisser un Commentaire

Partagez76
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
76 Partages